#LetsgoFrance

Le mouvement qui rassemble les réussites et les talents qui font rayonner la France.

Powered by Logo PricewaterhouseCoopers

Je vote !

Derniers tweets de #LetsgoFrance

RégionsToutes les régions
  • Toutes les régions
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne-Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • Outre-Mer
TrophéesTous les trophées
  • Tous les trophées
  • Entreprise ambassadrice de la France à l'international
  • Entreprise ambassadrice de sa région
  • Service ou produit de demain
  • Dirigeant #LetsgoFrance
Trier parDate de participation
  • Date de participation
  • Ordre alphabétique
  • Popularité

3139 votes pour ce projet

Les Franjynes - Une alternative à la perruque

Moi c’est Julie et je suis la créatrice des FRANJYNES, une alternative à la perruque pour les femmes et les petites filles en traitement de chimiothérapie ou subissant une alopécie Universelle.
Les Franjynes, ce sont de jolies franges de 7 couleurs différentes: blond doré, blond platine, brun, châtain, poivre & sel, roux, auburn et blanc disposant d’un système breveté afin de tenir sur les têtes qui n'ont plus de cheveux.
Le tout, toujours accompagné d'un beau turban, car l’un ne va pas sans l’autre. 
Ce sont des Franjyns… Enfin des Franjynes ;)
D’où me vient cette idée?
En deux mots, à l’âge de 27 ans, j’ai eu un cancer du sein de grade III. Oui, je sais, j’avais presque autant de chance qu’une météorite me tombe sur la tête! J’ai donc eu droit à un an et demi de traitements pendant lesquels je suis restée complètement chauve (24 chimio, 2 opérations et 40 séances de radiothérapie).
Alors, quand j’ai perdu mes cheveux, j'ai acheté une perruque mais je n’ai pas réussi à la porter. J’avais l’impression chaque matin d’enfiler un bonnet, et ce qui me manquait, c’était me coiffer tout simplement (car avant j’avais les cheveux très longs).
J’ai donc commencé à nouer des turbans que j’accessoirisais d’une fausse frange. Effet garanti, personne ne se doutait que j'étais chauve en dessous. Depuis, j'ai répertorié 7 nouages différents, un pour chaque jours de la semaine. En faisant mon nouage, je retrouvais cette sensation de me coiffer. Les nouages ont été pour moi thérapeutiques. Grâce à eux, j’ai moins souffert de la perte de mes cheveux. 
Et aujourd’hui, même si mes cheveux ont repoussé, je continue à porter des turbans. Pour moi, pas de connotation maladie ou culturelle, c'est juste un accessoire de mode.
Alors j’ai eu envie de partager tout ça et j'ai eu l’idée de créer LES FRANJYNES. Une alternative à la perruque pour tout le monde, sans distinction de classe sociale (grâce à son prix et à sa prise en charge par la sécurité sociale), ni d'impasses géographiques: tous les français et européens peuvent recevoir Les Franjynes directement dans leurs boites aux lettres.
L'idée a été de décliner cette solution aussi pour les petites filles, car peu de choses existent pour nos petits anges qui peuvent être aussi touchés par le cancer.
La gamme Adulte s’appelle « LES FRANJYNES » et la gamme enfants « LES FRANJYNETTES »
Pourquoi ce nom?
LES FRANJYNES, ce sont les soeurs de combat. C’est aussi la communauté que nous sommes. C’est l’entraide, et le partage.
Et c’est aussi un clin d’oeil aux franges qui m'accompagnent depuis le début bien sûr!
Tous les produits sont en vente depuis le 29 Juin sur le site www.lesfranjynes.com et 5% du chiffre d'affaire est reversé à la recherche contre le cancer.
Parce que mon rêve, en tant qu'entreprise Sociale et Solidaire, c'est de rebooster le moral de mes protégées.
Le moral, il est essentiel pour affronter les traitements qui eux sont essentiels à la guérison. Je veux casser les codes et redonner le sourire à toutes ces femmes qui passent par cette parenthèse désenchantée.
Je rêve de remettre le turban dans le tiroir de l'accessoires de mode afin que tout le monde ait envie d'en porter, juste pour le style, juste pour la mode. Et de cette façon, peut-être que l'on remarquera moins les personnes qui en portent par nécessité.
Et Mon deuxième rêve serait qu'à force d'initiatives ce soit le cancer qui finisse par avoir de nous et plus le contraire.

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …