5 questions à Fabrice Cavarretta
Atouts

5 questions à Fabrice Cavarretta

par

Atouts5 questions à Fabrice Cavarretta

Fabrice Cavarretta, Professeur Associé Département Management de l’Essec, et auteur de « Oui ! La France est un paradis pour entrepreneurs », préface de Xavier Niel, aux éditions Actualités Plon

1. Que vous évoque Let’s go France ?

A l’image de nos équipes de sport, un groupe qui a juste besoin de croire en lui pour enfin gagner sans arrière-pensées.

 

2. Qu’est-ce qui fait l’attractivité de la France ?

Mon ouvrage « Oui ! la France est un paradis pour entrepreneurs » se focalise sur les entrepreneurs d'opportunité, ceux qui montent des activités de croissance.

Pour eux, l'écosystème français a de nombreux avantages, même comparé aux meilleures alternatives. Beaucoup de choix de domaine d'excellence, ces secteurs où l'écosystème a assez de compétence pour permettre la croissance - tels le luxe, le tourisme, la high-tech, l'agroalimentaire, l'énergie. L'écosystème français a aussi des facteurs de production forts tels la marque, le personnel bien formé, et un Etat qui aide énormément — certes en même temps qu'il alourdit.

Et pour les faiblesses de la France, elles sont beaucoup moins courantes qu’on ne l’imagine—, souvent pas spécifiques à notre pays.

 

3. Par quel exemple l’auriez-vous illustrée ?

Pour les forces, la disponibilité de personnel qualifié est un excellent exemple. En France, on peut trouver des ingénieurs excellents à 50k€, disons 100k€ si on prend en compte les charges. Dans nombre d’autres écosystèmes tels Londres ou la Silicon Valley, pour ce coût-là, on peut à peine payer un assistant de direction.

Pour les faiblesses supposées, savez-vous que la Banque Mondiale classe la France meilleure en procédures administratives que les US, la GB, l’Allemagne, et Israël ? La raison est qu’il faut prendre en compte bien entendu les relations avec les administrations — relativement lourdes en France — mais aussi tout le processus juridique et les avocats. Quand on fait la somme des deux, alors la France émerge comme un écosystème paradoxalement beaucoup plus léger que ses concurrents.

 

4. Si vous étiez ministre de l’économie, quelle serait votre première réforme ? 
Mettre en place une flexi-sécurité qui, d’un côté assure aux entrepreneurs une grande flexibilité dans la gestion de leur personnel, et de l’autre une grande sécurité aux individus. 

 

5. Finalement, la France de demain, en 3 mots, vous l’imaginez comment ?
Sophistiquée, élégante et bienveillante.

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …