5 questions à Mon petit gazon
Sport

5 questions à Mon petit gazon

par

Sport5 questions à Mon petit gazon

Martin Jaglin, co-fondateur de Mon petit gazon et jardinier-paysagiste (oui, oui, c’est très sérieux), s’est prêté à l’exercice du 5 questions à.

Ne perdez pas de vue ce jeu de foot en ligne – 100% Made in France, plus de 200 000 joueurs abonnés – il revient très prochainement en force avec une application

 

Que vous évoque #LetsgoFrance ?
Une envie d'aller de l'avant parce que derrière tout n'est pas rose ! La génération au pouvoir nous laisse quand même une ardoise de 2 000 milliards d'euros et un taux de chômage record, donc toute dose d'optimisme  est salutaire. Il me semble que LGF s'inscrit dans cette énergie.

D'ailleurs, j'aurais opté pour un hashtag en Français, pour marquer une singularité. L'anglais s'immisce partout.

Qu’est-ce qui fait l’attractivité de la France ?
Version romantique pour les 80M de touristes annuels : son histoire, sa géographie diversifiée, sa culture, sa gastronomie, ses lettres, son art de vivre, son goût pour le débat, ses régions fortes.
Version pragmatique pour les entreprises étrangères : près de 70M de consommateurs avec un revenu moyen plus élevé que la moyenne, et surtout une libre concurrence imposée par Bruxelles qui pénalise souvent plus les sociétés européennes que les sociétés américaines/asiatiques – même si on sent un début de prise de conscience avec les pénalités pour Apple en Irlande et Google en France.

Par quel exemple l’auriez-vous illustrée ?  
On compte beaucoup d'ingénieurs et de mathématiciens de haut vol, autant d'expertises cruciales pour les entreprises qui doivent relever les défis de transformation digitale.

Si vous étiez ministre de l’économie, quelle serait votre première réforme ? 
Imposer un cadre législatif autour du transhumanisme, la plus grosse vague qui nous attend. Dans 5 ans, le débat politique ne sera plus être de droite ou de gauche mais être pour ou contre la vie éternelle. Or ce sont les entreprises  privées comme Google qui ont préempté ce sujet, les Etats sont à la traîne tandis que les "progrès" avancent à grande vitesse.

La France de demain en trois mots ?
Un pays qui aide et fasse confiance à ses PME et ses entrepreneurs, car ce sont eux qui recrutent localement et paient des impôts.

 

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …