futur_en_seine.jpg
Festival Futur.e.s

Des Futur.e.s à visages humains

par

Festival Futur.e.sDes Futur.e.s à visages humains

Plus grand festival européen gratuit consacré à l’innovation numérique, Futur.e.s conclut sa 9ème édition en affirmant sa singularité : permettre à tous les publics de découvrir les dernières innovations technologiques mais surtout engager une réflexion collective sur leurs usages et leur utilité publique.

Créé en 2009, Futur en Seine, rebaptisé Futur.e.s, conserve son esprit pionner de gratuité, ouvert aux professionnels, décideurs politiques mais aussi aux familles, publics scolaires et autres curieux, dans une volonté de favoriser rencontres et feedbacks des usagers sur les pépites internationales de la Tech. En revendiquant son approche inclusive et plurielle, Futur.e.s continue ainsi de confronter l’innovation à son usage. « Nous traversons une période de tensions autour des nouvelles technologies, indique Camille Pène, la directrice du festival. Du traitement des données personnelles à la cyber surveillance, l’innovation inquiète autant qu’elle fascine. Futur.e.s affirme que nous ne sommes pas obligés de subir cette transition numérique mais que nous pouvons inventer collectivement les formes du futur que nous souhaitons. »

 

Un espace de rencontres

Le festival a donc souhaité cette année resserrer les rangs autour de 70 stands « sans innovation gadget » indique Camille Pène, « une approche agile orientée vers l’usage », des conférences, masterclasses et labs collaboratifs « à taille humaine », et six parcours thématiques pensés comme autant de manières  d’expérimenter et de questionner la Tech. Modification du vivant, nouveaux territoires, handicap, citoyenneté dans un monde d’intelligences artificielles, jeunesse, création dans toute sa diversité… Autant de thèmes qui invitent familles et professionnels à croiser les enjeux individuels, économiques, environnementaux et sociétaux présents dans l’innovation, et de se demander ensemble ce qu’ils veulent en faire. « Avec en tête les 200.000 emplois qui seront créés dans la Tech d’ici 2020 en France. On veut susciter des vocations ! »

 

« Rien n’oblige une start-up qui marche à se faire reprendre par un grand groupe » Camille Pène, directrice du festival Futur.e.s

 

« Business not as usual »

  « C’est bien sûr essentiel, mais la création d’emplois, l’impact environnemental, l’utilité, et la capacité à lutter contre les discriminations, le sont aussi. » Et de remettre en question l’avenir tout tracé des start-up : « Rien n’oblige une start-up qui marche à se faire reprendre par un grand groupe. Il faut valoriser les démarches qui inventent des solutions positives pour les territoires, ou qui s’adressent à des publics apparemment minoritaires, comme dans le handicap, et leur permettre devenir ce qu’elles veulent devenir. » Une façon d’affirmer jusqu’au bout, de Paris à Casablanca où le festival s’exporte, que tous les futurs sont possibles… Pourvu qu’on les envisage.

 


Futur·e·s, du 21 au 23 juin à la Grande Halle de la Villette, à Paris. Programmation hors-les-murs : le festival se décline aux quatre coins de l’Île-de-France du 21 au 30 juin avec le Off, soit 10 jours qui permettront à tous les publics d'apprécier les multiples initiatives franciliennes dans les domaines de l’innovation et du numérique.  

En savoir plus sur paris.futuresfestivals.com


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …