« Au-delà de la confiance, c’est d’une attitude positive dont nous avons le plus besoin »
Crowdfunding

« Au-delà de la confiance, c’est d’une attitude positive dont nous avons le plus besoin »

par

Crowdfunding« Au-delà de la confiance, c’est d’une attitude positive dont nous avons le plus besoin »

Vincent Ricordeau et ses associés, fondateurs de KissKissBankBank, en proposant au grand public des plates-formes de don, et de prêt solidaire et rémunéré, souhaitent tisser une nouvelle relation de confiance entre particuliers et porteurs de projet. Leurs atouts ? Le peer-to-peer et la blockchain.  

KissKissBankBank , hellomerci , Lendopolis : le financement participatif n’est plus étranger aux  Français. Sont-ils nombreux à rejoindre le mouvement ?
V.R :
Depuis notre création en mars 2010, plus d’un million de KissBankers ont fait un don. C’est le résultat d’un long travail, commencé il y a 6 ans, pour convaincre les Français et gagner leur confiance. Nous avons aujourd’hui une solide base de early adopters, et nous avons réussi à faire émerger la notion de financement participatif. Nous ne nous arrêterons pas là !   

Est-il possible d’aller plus loin ?
V.R : Nous avons de bonnes raisons d’y croire, lorsqu’on sait qu’un tiers des Français laissent leur salaire sur leur compte courant, car ils sont insatisfaits des produits d’épargne. Depuis le lancement de Lendopolis, ce sont près de 7millions d’euros qui ont été collectés, par plus de 100 entreprises. Avec le marché du lending et de l’equity, nous allons franchir une 2e étape : le crowdfunding ne sera plus que de la solidarité ; il signifiera aussi investissement éthique et intelligent. Nous devons continuer d’éduquer le grand public aux risques. Nous verrons les résultats d’ici 6 à 7 ans, c’est le cycle que nous avons pu observer sur KissKissBankBank.

 

C’est une question de confiance ?
V.R :
Au-delà de la confiance, c’est d’une attitude positive dont nous avons le plus besoin. Elle est dans l’ADN de toutes nos plates-formes. Faire un don, prêter, financer sont des actions qui diffusent une monumentale dose d’optimisme. J’aime nous imaginer comme une machine à produire de l’optimisme vitale et virale. Par ricochet, nous finissons par créer des choses bien pour la société, dans un pêle-mêle d’empathie, de solidarité, de confiance et de partage.
Nos plates-formes fonctionnent comme la méthode Coué : nous souhaitons graver ces valeurs dans l’esprit du collectif, montrer qu’elles ont une application concrètes, pour qu’elles finissent par s’exercer dans la réalité.

 

Et de technologie ?
V.R :
Notre force est le peer-to-peer, qui continue de faciliter les mises en relation de manière ultra rapide. Avec l’avènement de la blockchain, cela va s’accélérer : il sera possible de zapper les intermédiaires classiques. Avoir plus de relations directes, c’est un levier de confiance. Et peut-être que demain, les plates-formes disparaîtront, nous inclus. Alors, je dirai bravo ! Nous ne sommes qu’un nœud, une marque qui rassure les gens qui participent. A ce jour, notre valeur ajoutée est d’apporter la crédibilité. Mais autrement, toutes les possibilités restent ouvertes ; nos seules certitudes sont que nous, acteurs du crowdfunding, ne sommes qu’une brique au sein de cette économie participative, et que le déploiement de la blockchain conduira à un changement d’organisation de la société.

 

Justement, en matière de réduction des intermédiaires, les plates-formes KissKissBankBank, hellomerci et Lendopolis ont-elles vocation à remplacer les banques ?
V. R : Comme le dit si bien Bill Gates : « Banking is necessary, banks are not ». Aujourd’hui nous en sommes là. Nous voulons devenir une banque, mais exercer ce métier différemment, devenir un coffre-fort qui facilite l’utilisation de l’argent – sa mise en circulation entre les individus, de particulier à particulier ou de particulier à entreprise, ou d’entreprise à entreprise un jour –  et sa mise à disposition au service de l’économie réelle. Pour que les gens refassent confiance à l’argent, il faut en refaire un outil, quelque chose d’utile !

 

Les banques sont donc appelées à rester dans la chaîne de valeur des transactions ?
V.R :
il faut rechercher des complémentarités. Nous travaillons avec La Banque Postale depuis 2010 et Orange Banking vient d’entrer dans notre capital. Deux partenaires qui nous ressemblent, le premier pour l’idée de service public et l’autre pour l’aspect plate-forme et réseaux. Ce sont des alliances win-win : nous bénéficions de leur crédibilité et de leur notoriété ; nous leur apportons une autre vision de la finance. C’est important pour bousculer un peu le paysage de la finance en France.

Quelles sont les perspectives de développement du secteur ?
V.R : Le crowdfunding s’organise le plus souvent en plate-forme, facile à plugger dans d’autres environnements. A partir de là, deux pistes de développement : soit elles restent indépendantes et développent leurs services aux particuliers et aux institutions, soit elles se font racheter par un plus gros acteur pour qu’il puisse fournir ses solutions en propre. Pour nous, c’est définitivement la première option : le marché est naissant, le potentiel est encore énorme. Emmanuel Macron vient de relever le palier qui autorise maintenant les porteurs de projets à lever jusqu’à 2,5 millions d’euros sur les plates-formes, sans avoir à déposer un prospectus détaillé visé par l’AMF. D’ici au 1er octobre, le temps que le cadre règlementaire soit mis en place, les entreprises pourront elles aussi investir via nos plates-formes.

 

Le mot de la fin ?
V.R : Pour mes associés et moi-même, le crowd est le futur de la finance. C’est le levier qui pourra faire évoluer le funding vers plus de valeurs, en nous poussant à aller chercher des modes d’organisation différents. Nous prenons le pari qu’avec un peu plus de temps, la technologie peer to peer et la blockchain vont réveiller notre humanité et faire du financement une expérience humaine. 

 


 

Depuis sa création en 2010, KissKissBankBank  c’est :  

75632  projets créés
22043 projets présentés
758 projets en cours
945541 KissBankers

(Chiffres au 28/06)

Pour des statistiques plus récentes de KKBB, hellomerci et Lendopolis, suivez les liens ci-dessous :
https://www.kisskissbankbank.com/fr/stats
https://www.hellomerci.com/fr/statistiques
https://www.lendopolis.com/about/statistics

 


Chargement …