mel2909.jpg
Innovation

Backlight, fer de lance français de l’animation en réalité virtuelle

par

InnovationBacklight, fer de lance français de l’animation en réalité virtuelle

Quand un studio d’animation 3D français s’intéresse à la réalité virtuelle (RV) cela donne « Birdy King Land », un des premiers jeux au monde à avoir été massivement téléchargé sur casque Oculus Rift. Deux ans plus tard, le studio Backlight multiplie les expériences en RV. Interview de Frédéric Lecompte, co-fondateur.

En quelques années, vous êtes devenu l’un des studios d’animation français à la pointe de la réalité virtuelle (RV). Comment expliquez-vous cette réussite ?

Backlight est né d’une rencontre en 2008, à la croisée du jeu vidéo 3D temps réel et du développement web pour les entreprises. Très vite, nous sommes devenus prestataire pour un des fleurons français de la réalité augmentée (RA), qui s’appelait Total Immersion. Puis quand le premier kit de développement du casque de Réalité virtuelle (RV) Oculus Rift est sorti, nous l’avons tout de suite testé et cela a été une révélation. Nous avons cru à la technologie de rupture et nous avons décidé d’auto-produire une première expérience en RV. Notre jeu « Birdy King Land » a connu un succès inespéré. Il a touché 90% des early adopters de l’Oculus Rift !

 

 Nous étions les premiers à avoir ajouté une dimension artistique et narrative aux animations en RV, des animations qui étaient à l’époque, bien trop techniques.

 

Quels sont les atouts de la RV à la française ? Et quelle est sa place au niveau mondial ?

Il est un peu compliqué d’estimer la place de la France car le marché de la RV est récent et on manque de données.

 

La France est très bien positionnée en Europe. C'est lié à son savoir-faire en termes de formation artistique.

 

Nous avons d'excellentes écoles qui forment les artistes de demain dans l’animation ou le jeu vidéo, que s'arrachent les studios du monde entier.

 

Est-ce qu’on peut déjà parler d’un écosystème de la RV en France ?

L’écosystème français de la Réalité virtuelle est en train de se mettre en place : prenez le think tank UNI-VR créé en 2016 : c’est une première étape vers une fédération des acteurs. Autre exemple, Virtuality, le nouveau salon de la réalité virtuelle, a été un grand succès à Paris en 2017. Il s'ajoute au salon Laval Virtual, qui fêtera ses 20 ans l’an prochain ! Du côté des financements, le Centre National du Cinéma et de l’image animée est extrêmement moteur pour soutenir la RV. Ils ont notamment réussi à faire dupliquer sur les projets de RV le système de crédit d’impôt qui existait pour les jeux vidéo.

 

Revenons à Backlight. Comment votre savoir-faire se traduit-il commercialement ?

Depuis la mise à disposition de « Birdy King Land », nous avons développé 36 projets, dont 6 sont des « Preuves de concept », 4 sont des co-productions (artistiques ou pour le divertissement) et une vingtaine sont des applications commerciales, surtout pour des grandes marques. Une de nos dernières créations "Experience the High" a été commandée par L’Oréal (et son agence 84.Paris) pour son parfum “Only the brave, high”. L’animation tourne actuellement en Europe dans les centres commerciaux. Autre création récente, celle pour Renault Sport (et son agence We are Social), qui est diffusée pendant les grands prix de Formule 1. Nous croyons aussi beaucoup à la RV pour la formation. Une de nos preuves de concept vient de convaincre un grand industriel de l’agro-alimentaire, Sodexo, d’utiliser la RV pour sa formation professionnelle. Il reste encore énormément de territoires à défricher avec la réalité virtuelle !

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …