mel1109visuel_glose_tablette.jpg
Livre

Le livre du futur s’écrira-t-il en France ? Interview de Nicolas Princen (Glose)

par

LivreLe livre du futur s’écrira-t-il en France ? Interview de Nicolas Princen (Glose)

Premier conseiller en charge du numérique auprès d’un président de la République française, Nicolas Princen invente depuis deux ans, à travers l’expérience française et internationale de Glose, ce qui pourrait bien être le livre du futur. Explications.

Comment voyez-vous l’avenir du livre ?

mel1109photo_nicolas_princen_glose.jpg

mel1109photo_nicolas_princen_glose.jpg, par AdminLetsGo

Nicolas Princen – Mes fonctions auprès de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012, où j’ai créé le premier poste de conseiller en charge du numérique, m’ont convaincu que la question la plus stratégique pour l’avenir se situait à l’intersection de la technologie et de l’éducation : comment faire en sorte que le potentiel extraordinaire du numérique soit mis au service de la pratique la plus fondamentale qui soit pour préparer demain, la création et la transmission du savoir. La jeunesse d’aujourd’hui est la plus nombreuse dans l’histoire de l’humanité : 1,7 milliard de personnes sur terre ont entre 10 et 24 ans. Éduquer ces personnes est LA priorité du futur, avec la question environnementale. Dans dix ans, plus d’un tiers de la planète sera en train d’étudier, sachant que toute la population, au moins en Occident, devra continuer à se former tout au long de sa vie. Parce que le monde a besoin d’idées nouvelles, et qu’il fait face au développement de formes d’intelligence plus élaborées que le cerveau humain : devant ces défis, nous devons cultiver non seulement notre intelligence scientifique, qui sera très vite dépassée, mais aussi ce qu’il y a de plus humain en nous : l’émotion, la culture, l’attachement à l’histoire... La lecture est notre meilleur atout pour répondre à ces enjeux.

 

"Notre pays est un leader mondial reconnu dans l’industrie du livre, porté par le groupe Hachette qui figure parmi les « Big Five » du secteur."

 

Vous croyez donc encore à l’écrit ?

N. P. – On a beaucoup parlé des MOOC, ces Massive Online Open Courses qui sont des plateformes d’éducation en ligne. Mais leur limite, à mon sens, est de se focaliser sur la vidéo, alors que c’est un média passif. Regardera-t-on encore nos vidéos actuelles dans 400 ans ? Je ne sais pas, mais je sais qu’aujourd’hui on continue à lire Molière. L’écrit me semble être et devoir rester le média fondamental de la transmission de la connaissance. Et la lecture – son apprentissage comme sa pratique –, parce qu’elle demande un effort, une discipline, l’activité la plus précieuse pour le développement cognitif. Les neurosciences l’ont démontré.

C’est là que le livre numérique a son rôle à jouer. Le vrai livre numérique, pas celui qu’on a façonné dans le moule du livre papier. Ce livre de demain devra être collaboratif, partageable, pouvoir nourrir la réflexion et générer des conversations. Être une entrée pour tous dans la pratique de la lecture, celle-là même qui saura alors se prolonger dans le papier. Un pont entre la matière si précieuse contenue dans un livre et les modes de fonctionnement de l’humain contemporain.

Et je suis convaincu que la France a un rôle majeur à jouer en ce sens. Notre pays est un leader mondial reconnu dans l’industrie du livre, porté par le groupe Hachette qui figure parmi les « Big Five » du secteur. Le succès d’un projet comme Glose montre que nous avons beaucoup d’idées, et un savoir-faire unique, à apporter.

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …