screen_shot_2017-11-28_at_11.43.28_am.png
Énergie

Total : pionnier du développement durable selon l'ONU

par

ÉnergieTotal : pionnier du développement durable selon l'ONU

Le 21 septembre, lors de la semaine des Nations Unies, Patrick Pouyanné, PdG de Total, a été distingué par l’UN Global Compact (UNGC) comme l’un des 10 « Pionniers » des Objectifs de Développement Durable de l’ONU (ODD). Chaque année, cette distinction permet de promouvoir la contribution du secteur privé à ces objectifs. Entretien avec l’heureux pionnier.

Vous venez d’être désigné « Pionnier ODD 2017 », qu’est-ce que cette reconnaissance signifie pour vous ?

J’en suis très honoré et très fier ! En me désignant, l’ONU reconnaît l’engagement de Total à « développer des partenariats et investir dans les énergies bas carbone ». Et en effet, l’ambition à 20 ans du Groupe prend en compte le scénario 2°C de l’Agence Internationale de l’Énergie et prévoit que le portefeuille de Total soit constitué à 20 % d’énergies bas carbone à l’horizon 2035.

 

Concrètement, dans quelles directions cela vous conforte-t-il, vous et votre groupe ?

Total a l’ambition de devenir LA major de l’énergie responsable ! Au cours des prochaines décennies, l’industrie pétrolière et gazière doit collectivement relever un double défi : fournir une énergie au meilleur coût et disponible à une population mondiale en croissance, tout en apportant une solution au défi climatique grâce à une énergie propre. « Au meilleur coût, disponible, et propre » : les trois mots sont tout aussi importants l’un que l’autre, c’est cela qui rend passionnant le défi de l’énergie auquel nous contribuons. Dans vingt ans, les hydrocarbures fourniront encore plus de 40 % de l’énergie de la planète. Cependant, la demande en électricité au plan mondial croît plus vite que la demande en énergie et le gaz et les renouvelables vont y contribuer fortement. Total intègre donc cette dynamique. Concrètement, en 2035, nous ferons plus de gaz, plus d’électricité notamment à partir de renouvelables et moins de pétrole ! Et c’est pour cela que nous avons complètement abandonné le charbon depuis 2016.

 

Total a l’ambition de devenir LA major de l’énergie responsable !

 

Pensez-vous que la France puisse jouer un rôle moteur dans la lutte contre le changement climatique, et plus largement dans le développement durable de notre planète ?

Sans aucun doute, d’abord parce que la France est un des pays qui présente le mix énergétique le plus décarbonné, grâce à notre engagement historique dans le nucléaire, mais aussi dans l’hydroélectrique et aujourd’hui dans les énergies renouvelables. La France a également une des politiques de coopération avec les pays en développement parmi les plus engagées, notamment en Afrique. Enfin, la signature en France de l’Accord de Paris en décembre 2015 lui donne une responsabilité particulière, d’autant que c’est grâce à la mobilisation du gouvernement français que cet accord a été rendu possible. En juin 2017, après l'annonce de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'Accord de Paris, Emmanuel Macron a lancé un appel à destination des citoyens, entrepreneurs, scientifiques et experts américains pour venir travailler en France sur des solutions concrètes pour le climat. Au-delà du buzz, le fameux « Make Our Planet Great Again » du gouvernement français a été un signal très fort de la volonté de la France de jouer un rôle moteur dans cette lutte contre le changement climatique.

 

Les grandes entreprises françaises, et particulièrement un groupe comme Total, ont-ils un rôle majeur à jouer en ce sens ?

Bien sûr ! Au-delà des États comme la France, la Chine et d’autres qui jouent un rôle moteur, il y a aussi et surtout l’action des entreprises. Car ce sont en grande partie les acteurs privés qui mettent et mettront en œuvre l’Accord de Paris ! L’écologie ne peut progresser que de concert avec l’économie et ce sont les acteurs économiques qui feront les investissements qui rendront possible l’ambition de cet accord. Total a évidemment un rôle majeur à jouer. Nous avons les compétences humaines, les technologies et les moyens financiers de tirer parti de cette opportunité que constitue l’évolution des marchés énergétiques pour continuer à nous développer. Et nous sommes très actifs pour encourager des initiatives internationales qui font bouger notre industrie. C’est pour cela que nous avons participé activement à la création de l’Oil & Gas Climate Initiative (OGCI), qui réunit 10 des plus grandes entreprises nationales ou privées du secteur : ensemble, nous avons constitué un fonds d’investissement de 1 milliard de dollars qui contribue à l’émergence de technologies nouvelles dont notre industrie aura besoin pour répondre aux engagements de l’Accord de Paris.

 

Vous croyez en la réussite de la France ? Participez aux 1ers Trophées #LetsgoFrance !

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …