3 septembre 2019 1 minute(s)

Brexit : la France joue sa carte bancaire

Le bilan des investissements internationaux en France pour l’année 2018 – une publication de Business France – montre, chiffre à l’appui, l’appétence des industries financières britanniques pour l’Hexagone. Que le brexit s’annonce soft, mild ou hard, les marchés prennent les devants et affichent déjà leur préférence française. Jimmy Zou, associé PwC France et correspondant de la firme sur le sujet du brexit, explique pourquoi la France est en pole position face à d’autres pays européens.

Les Britanniques restent des investisseurs en puissance dans l’Hexagone. Alors qu’en 2017 et 2018, les investissements italiens et américains ont stagné, voire baissé en ce qui concerne l’Allemagne et le Japon, les investissements britanniques ont connu une croissance passant de 89 à 118 décisions d’investissement. Le brexit influencerait-il les stratégies d’implantations des firmes en Europe ? Les projets financés par les britanniques ont augmenté de 33%. On en dénombre 118 en 2018, dans les secteurs du commerce et distribution, conseil et ingénierie, et services financiers en forte et constante hausse depuis 2016. Comment l’expliquer ? « Ce que l’on reconnaît à la France, c’est l’excellence de ses formations de mathématiciens et d’ingénieurs financiers. Rajoutée à cela, une profondeur de marché : cinq des plus grandes banques européennes sont françaises. Cela nous rend beaucoup plus intéressants qu’un pays comme l’Allemagne, l’Italie voire l’Espagne. »


Expertise techniques, accès aux clients et aux investisseurs : la France a tout d’un hub financier.

 

Le bilan des investissements internationaux en France, réalisé par Business France, est disponible sur le site businessfrance.fr

 

 

logo_business_france_hd.jpg, par AdminLetsGo

En partenariat avec Business France

 

 


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre  newsletter .

Votre vote a bien été enregistré ! Allez plus loin : Participez à la visibilité du projet !
NON MERCI !