28 février 2020 1 minute(s)

César, ouvre-toi, les mille ressources du cinéma français  

L’Académie des Césars se renouvelle ? Tant mieux ! Le cinéma français a tout pour s’ouvrir à l’air du temps et de la diversité des talents, en puisant dans son histoire comme dans celle qu’il saura toujours inventer.

Studios Victorine, du l’enfance du cinéma à la renaissance qui arrive

En 100 ans, « la Cinecittà azuréenne » des collines de Nice a multiplié les décors pour les plus grands noms du cinéma. Mais le souvenir de Renoir, Carné, Hitchcock, Truffaut, et autre Vadim, n’empêche pas les Studios Victorine de se réinventer. Pour continuer à rayonner de par le monde comme l’emblème artistique de toute une région et de ses paysages uniques, ils se transforment en véritable lieu de vie mêlant activité cinématographique et accueil du public… de quoi inspirer une nouvelle générations d’artistes !

La Femis, un vivier d’art solide et de renommée internationale

Et cette génération est prête ! Créée en 1986, l’école de la Femis perpétue depuis l’esprit de la Nouvelle vague, en privilégiant sens artistique et ouverture sur le monde. Les aspirants aux métiers du cinéma y trouvent les moyens d’affirmer leur singularité et d’aiguiser leur regard au contact de l’étranger, où la réputation de l’école n’est plus à faire.

Kourtrajmé, une nouvelle élite par delà le périph’

La France peut aussi compter désormais sur tous les horizons de la création. Au coté du réalisateur Ladj Ly, le réalisateur sélectionné aux Oscars avec son film monumental, Les Misérables, le collectif Kourtrajmé s’engage pour faire souffler un vent nouveau dans la sélection des futurs plumes et cadreurs de nos écrans. Avec une nouvelle école du coté de Clichy-Montfermeil qui continue d’ouvrir des branches de formation gratuite, les Césars de demain n’auront que l’embarras du choix pour nourrir leurs sélections.

Backlight : quand la France fait vibrer la réalité virtuelle

Et parce que le cinéma lui-même suit de nouveaux chemins autour de l’animation et brise chaque jour les conventions qui l’ont vu naitre, la France peut se targuer d’abriter de véritables fers de lance de la réalité virtuelle, à l’image du studio Backlight, né en 2008 et déjà reconnu mondialement.

Qui pourrait encore avoir peur d’ouvrir les Césars au changement ?

Votre vote a bien été enregistré ! Allez plus loin : Participez à la visibilité du projet !
NON MERCI !