3 mai 2019 3 minute(s)

Des Etoiles et des Femmes : les fourneaux de la réussite !

Lancé à Marseille en 2015 avant d’être rapidement décliné dans d’autres régions françaises, le programme « Des Etoiles et des Femmes » propose aux femmes des quartiers prioritaires de se former à la cuisine auprès des plus grands chefs. Au menu : des formations culinaires d’exception et une nouvelle voie d’insertion professionnelle. Parrainée par Alain Ducasse, qui en a eu personnellement l’idée, et portée par le réseau de traiteurs solidaires « La Table de Cana », l’initiative rencontre un succès appétissant.

Le coup d’envoi a été donné dans la cité phocéenne en 2015 au profit de 12 femmes issues de quartiers sensibles. Une première menée avec le concours d’acteurs publics – Pôle Emploi, GRETA … – et de plusieurs fondations d’entreprise (Adecco, Société Générale …). Un partenariat public-privé original au service de l'emploi dans un secteur d’activité à flux tendu. Bordeaux, Nice, Montpellier ou encore Strasbourg ont suivi, avant d’être rejoints par la région capitale à l’automne 2018. A table !

 

Table ouverte

La recette est simple à comprendre, plus difficile à préparer : favoriser la mixité dans les métiers de la restauration et permettre à des femmes éloignées de l’emploi d’accéder au marché du travail. Le programme leur donne en effet l’opportunité de préparer un CAP cuisine en alternance dans des restaurants étoilés ou gastronomiques. Elles étaient à l’été 2018 plus de 150 à en avoir bénéficié avec des taux de réussite au CAP plantureux (96 % sur l’ensemble des promotions) et des niveaux de retour à l'emploi également très élevés.

Depuis l’automne 2018, l'initiative s’est déployée en Île-de-France, sous la houlette de l’antenne de Gennevilliers de La Table de Cana. Douze habitantes des quartiers prioritaires, de dix nationalités différentes, ont été sélectionnées pour suivre cette formation cofinancée par la Région et Pôle emploi. Elles œuvrent auprès des chefs des plus grandes tables parisiennes telles que le Shangri-La, le Meurice, le Plaza Athénée … et même les cuisines de l’Élysée !

Christophe Saintagne, ancien chef du Meurice et du Plazza Athénée, aujourd’hui à la tête de son propre restaurant, est très impliqué dans la démarche. Il se réjouit d’accueillir dans ses cuisines des femmes en formation qualifiante, jugeant que le monde de la gastronomie doit s’ouvrir davantage aux différents profils. « Une cuisine doit être le reflet de la société. Et c’est de la diversité qu’une entreprise peut s’enrichir. »

 

Rendre la cuisine aux femmes

Aucun critère de diplôme, aucune limite d’âge ne sont requis. Seuls comptent la motivation, l’envie d’apprendre et l’amour de la cuisine. Et bien sûr l’objectif du retour à l’emploi. Julia Roye, cheffe de projet à la Table de Cana de Gennevilliers, souligne que le programme réunit « tout un tissu d’acteurs associatifs locaux pour lever les freins périphériques à l’emploi comme la garde d’enfants, l’accès au logement, l’accès à la santé ».

Si ses bénéficiaires sont exclusivement des femmes, c’est parce qu’alors qu’elles continuent à prédominer dans l’espace culinaire privé (avec tous les stéréotypes sexistes parfois attachés à ce rôle de la « femme en cuisine », elles sont paradoxalement sous-représentées dans la restauration : 25 % seulement des effectifs des cuisines professionnelles ! De plus, le chômage féminin, tous secteurs confondus, est particulièrement élevé dans les quartiers.

« J’aime l’idée de rendre la cuisine aux femmes. Cela a trop longtemps été mis de côté en France », professeur Christophe Saintagne.

Leur redonner leur juste place dans l’univers gastronomique professionnel est en outre conforme à l’efficience économique puisque les métiers de la restauration et de la gastronomie peinent à recruter. Or, former davantage de femmes à destination de ce secteur constitue une des meilleures réponses possibles aux difficultés d’embauche dans cette filière structurellement sous tension.

 

Voici donc une initiative trois étoiles qui permettra à davantage de femmes remplies de talent et de créativité culinaire d’être bien dans leur assiette et d’en concocter de savoureuses et d’inventives. Formation, insertion, mixité, diversité, plaisirs de la table : un sacré menu gourmand !   


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter

Votre vote a bien été enregistré ! Allez plus loin : Participez à la visibilité du projet !
NON MERCI !