13 décembre 2019 3 minute(s)

Au SARA, Business France cultive la coopération agricole avec la Côte d’Ivoire

Au SARA d’Abidjan, plus grand rendez-vous de l'économie agricole en Afrique de l'Ouest tout juste achevé, la France était à l’honneur pour faire valoir filières et solutions digitales adaptées à un marché en plein essor. Christophe Monnier, Directeur du département Agrotech chez Business France et superviseur du Pavillon France, revient sur cette étape de choix pour l’agritech tricolore.

La France était le pays à l’honneur lors de cette édition 2019 du Salon de l’Agriculture et des Ressources Animales (SARA) et devient ainsi le premier pays non-africain à être ainsi mis en lumière : que lui a valu cette distinction ?

Christophe Monnier : Les organisateurs du SARA ont adressé cette proposition à notre Ministre Didier Guillaume et ce partenariat a été concrétisé à l’occasion de la venue d’une importante délégation ivoirienne sur le Salon de l’Agriculture à Paris en février 2019. Le Ministre ivoirien avait alors rappelé qu’en tant que première agriculture en Europe et pilier de la Politique Agricole Commune, la France peut servir d’exemple au développement de l’agriculture ivoirienne. Nous portons en effet des thématiques importantes telles que le rôle de de l’agriculture dans le développement économique et social, la défense des terroirs au travers des indications géographiques, la lutte contre la déforestation, ou encore l’agroécologie. Le Ministère français de l’Agriculture a donc confié à Business France l’organisation d’un Pavillon rassemblant tous les savoir-faire français : les entreprises exportatrices avec l’ADEPTA, la recherche avec le CIRAD et l’IRD, l’AFD pour l’aide au développement, la formation…

Quelles solution portées par la France sont aujourd’hui particulièrement adaptées au développement agro-alimentaire en Côte d’ivoire et, plus globalement, au continent africain ?

Christophe Monnier : Nous avons clairement misé sur l’innovation et le numérique avec notre Pavillon labellisé « Digital Africa ». Cette initiative vise à favoriser les partenariats entre les différents écosystèmes de l’entrepreneuriat en France et en Afrique afin de trouver des solutions aux défis du continent. Nous avons donc associé sept start-ups françaises (ndlr : J’UCAO, Haricot Kilomètre, KINOME + Icon, WeatherForce, Biophytec, Dioulmaker Commodities, SEMOA) à notre projet présenté au SARA ainsi que plusieurs entreprises de modélisation de la donnée agricole déjà actives en Afrique de l’Ouest. L’initiative la plus remarquable est sans aucun doute l’organisation en partenariat avec le Ministère de l’agriculture ivoirien, du premier hackaton dédié à l’agriculture en Afrique : Agreenstartup, un projet porté par Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et soutenu par Business France, Digital Africa et la région des Pays de La Loire. Les jeunes lauréats pourront poursuivre leur projet en lien avec l’écosystème français de l’innovation.

Ce 1er rendez-vous au SARA a-t-il était satisfaisant ?

Christophe Monnier : Notre offre au SARA était conçue pour répondre aux besoins de l’agriculture ivoirienne en équipements et techniques pour l’élevage, la production végétale et le process agroalimentaire. Nous avons aidé les entreprises à identifier de potentiels partenaires en organisant des rencontres d’affaires via nos bureaux Business France de Côte d’Ivoire et d’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Nigeria, Cameroun). Les rendez-vous se sont très bien passés ! Les solutions françaises en matière de nutrition animale, ou de biocontrôle sont très demandées.. Enfin l’espace de dégustation et de vente de produits alimentaires porté par Sopexa (ndlr : agence française de communication spécialisée dans l’alimentaire et l’art de vivre, représentée dans 24 pays) a rencontré un très grand succès, notamment les vins et les fromages français. Nous avons programmé des rendez-vous avec des importateurs pour plusieurs producteurs de vins de Bordeaux qui font partie de la délégation de Nouvelle Aquitaine. La demande en Côte d’Ivoire est importante et offre un réel potentiel de croissance pour cette filière.

Article réalisé avec notre partenaire Business France

Votre vote a bien été enregistré ! Allez plus loin : Participez à la visibilité du projet !
NON MERCI !