29 mars 2021 4 minute(s)

Comptabilité multi-capitaux : la réinvention verte des métiers du chiffre

Jusqu’à peu, la comptabilité était tournée vers le passé. La crise sociétale et environnementale que nous vivons, et dont l’urgence a été exacerbée par la pandémie de Covid-19, illustre la nécessité pour l’entreprise de se projeter dans le futur. Delphine Gibassier, titulaire de la chaire Performance globale multi-capitaux, démontre que les indicateurs financiers ne suffisent plus pour prendre des décisions d’avenir. Avec la comptabilité multi-capitaux, un nouveau type de boussole se met en place.

Les entreprises doivent-elles compter différemment ?

Delphine Gibassier, titulaire de la chaire Performance globale multi-capitaux, Audencia
Delphine Gibassier, titulaire de la chaire Performance globale multi-capitaux d’Audencia

Mesurer la performance des entreprises et leur création (ou destruction) de valeur à l’aune de critères purement financiers a atteint ses limites. Il y a une dizaine d’années, l’International Integrated Reporting Council (IIRC) a conceptualisé un reporting intégré. Ce modèle se base sur six types de capitaux : financier, manufacturier, intellectuel, humain, social et sociétal, environnemental. 

Héritière de ce concept, la loi PACTE en France est allée dans la même direction en créant en 2019 le statut d’entreprises à mission. Ces dernières intègrent leur responsabilité sociétale et environnementale (RSE) au cœur de leur stratégie. Elles doivent donc rendre des comptes à leurs parties prenantes, une comptabilité multi-capitaux devient nécessaire. Nouvelle étape en 2020, quand la pandémie place la raison d’être au centre de l’attention des entreprises. Les capitaux humain, social et intellectuel apparaissent comme primordiaux.

La Chaire Performance globale multi-capitaux creuse ce sillon. Elle a pour postulat que tous les capitaux doivent avoir le même poids dans les prises de décision. Lorsqu’une décision est prise sur la base de considérations avant tout financières, les entreprises doivent savoir qu’elles se tirent une balle dans le pied pour le futur. La comptabilité multi-capitaux rend ces conséquences très visibles, comme les rapports de la chaire le démontrent. Nous le verrons aussi lors de la conférence inaugurale de la chaire, le 8 juin 2021.

Quels types d’entreprises s’intéressent à la comptabilité multi-capitaux ?

Toutes ! C’est peut-être contre-intuitif, mais les PME s’intéressent beaucoup au multi-capitaux. Les prises de parole de personnalités comme Hélène Le Teno, directrice de Jean-Noël Thorel Foundation et membre du comité scientifique de la chaire, contribuent à vulgariser et populariser ce concept. De par leur fort ancrage sociétal et territorial, les PME s’impliquent. Certaines deviennent pilotes d’une comptabilité triple capitaux (économique, social et environnemental). Au-delà de leurs interrogations de citoyens et chefs d’entreprises, leurs dirigeants y voient des avantages, comme se démarquer de la concurrence.

"Les chiffres peuvent être sujets à diverses interprétations, d’où la nécessité de maïeuticiens de la comptabilité multi-capitaux. Des postes seniors de chief value officer ou chief sustainable finance officer vont émerger." Delphine Gibassier, Audencia

Les grands groupes rejoignent eux aussi le mouvement, parfois sous la pression réglementaire ou celle des investisseurs. L’impulsion peut aussi venir des convictions de leurs dirigeants. L’Oréal et Danone, cofondateurs de la chaire aux côtés de PwC France et Maghreb, se penchent sur ces questions depuis longtemps. 

L’Oréal vient de publier son programme L’Oréal Pour le Futur, nos engagements pour 2030. Le groupe a pris le parti de baser ses avancées sur la science du développement durable. Pour cela, il a noué un partenariat avec le Stockholm Resilience Center sur les limites planétaires. Dans ses travaux, L’Oréal explore les conséquences à long terme de son activité selon différents scénarios. Par exemple, que devient le chiffre d’affaires dans 10 ou 15 ans si le groupe ne respecte pas telle ou telle limite planétaire ? Christophe Babule, directeur administratif et financier groupe, exprime très clairement le besoin de lier activité, survie commerciale et impact de long terme avec le développement durable. L’intérêt d’une comptabilité basée sur les limites planétaires pour la résilience de l’entreprise devient évident. 

La comptabilité multi-capitaux peut-elle devenir la norme ?

Avec des PME motivées et de grandes entreprises partenaires, notre outil sort du laboratoire. Aujourd’hui, nous entrons dans une deuxième phase d’expérimentation avec de grands groupes. Pour passer à l’échelle, notre volonté est d’essaimer les pratiques de comptabilité multi-capitaux en créant le bon écosystème et en nouant les bons partenariats. Nous allons ainsi travailler avec des partenaires informatiques pour aider à internaliser le sujet dans les entreprises et les cabinets d’expertise comptable.  

Pour pérenniser l’approche et aller plus loin, il est avant tout indispensable de former les professionnels du chiffre. Cela concerne les BTS comme les MBA, les contrôleurs de gestion comme les experts comptables. Le plan de déploiement de la méthodologie multi-capitaux de la chaire comprend le lancement de formations sur toute la France. Audencia propose un executive MBA Chief Value Officer, dont je suis directrice académique. Il permet d’acquérir les compétences stratégiques pour gérer et diriger des business units en multi-capitaux. Nous proposons par ailleurs des formations plus courtes et par modules destinées à des collaborateurs débutants à confirmés. 

Dispose-t-on des bons outils ?

Les systèmes d’information actuels doivent évoluer ou être complétés. Les grands ERP ne permettent pas de récolter les données nécessaires, qui sont très dispersées, dans différents formats et avec diverses temporalités. Les tentatives qui ont eu lieu se sont soldées par des échecs. En effet, les données financières continuaient de peser bien davantage que les données extra-financières. Pour s’affranchir d’ERP qui n’ont pas su se réinventer, des outils externes peuvent être utilisés. Les données peuvent être sourcées partout, des partenaires savent le faire, et vont nous aider à concevoir l’outil de demain.

Mais la comptabilité multi-capitaux a aussi besoin d’un narratif. Il n’y aura pas de recette miracle. Créer des outils est la première étape, et il en existe déjà que l’on peut utiliser, mais ce ne sera pas suffisant. Les chiffres peuvent être sujets à diverses interprétations, d’où la nécessité de maïeuticiens de la comptabilité multi-capitaux. Des postes seniors de chief value officer ou chief sustainable finance officer vont émerger. Inconcevables il y a peu, ces recrutements sont aujourd’hui de plus en plus envisagés. 

Votre vote a bien été enregistré ! Allez plus loin : Participez à la visibilité du projet !
NON MERCI !