13 novembre 2020 3 minute(s)

Handiroad réveille l’aidant qui est en vous !

La France compte 11 millions d’aidants - non professionnels - s’occupant notamment de personnes en situation de handicap. Handiroad pourrait multiplier par 5 ce chiffre, en faisant de chaque Français un aidant potentiel. Cette application de mobilité rend la ville, accessible, en mettant en relation des aidants « anges gardiens » , bienveillants et solidaires, et les personnes à mobilité réduite, lors de leurs déplacements. Un tandem qui leur a valu le prix #LetsgoFrance 2020 dans la catégorie “La France sociale et solidaire”. Rencontre avec Clément Blanchy, coordinateur du projet.

Que fait Handiroad ?

Nos principaux clients sont les collectivités qui souhaitent rendre leur territoire accessible aux personnes à mobilité réduite. Par exemple, dans un premier temps, elles nous mandatent pour effectuer un audit des risques, créer un cahier des charges et développer les solutions spécifiques. Nous assistons à la mise en œuvre d’un un plan de mise en accessibilité des voiries et le déployons. Dans un deuxième temps, elles proposent à leurs administrés le téléchargement de notre application mobile, en marque blanche. L’usager à mobilité réduite dispose ainsi d’un plan de la ville adapté à son handicap, en ayant de la visibilité sur les voies qui lui sont praticables ou pas. En cas de difficulté, il signale dans l’application la présence d’un obstacle et peut demander l’intervention d’un aidant à proximité, ce que nous appelons un ange gardien.
Notre challenge est double : élargir notre base d’aidants d’une part et être en capacité de les identifier, pour créer un maximum de confiance. Plus l’indice de confiance sera fort, plus il y aura d’usagers, tant des aidants que des personnes en situation de handicap.

"C’est un petit geste simple, à la portée de tous, avec un grand impact. C’est ça l’expérience d’Handiroad." Clément Blanchy

L’aidant est la clé de votre service. Comment valoriser ce statut ?

Depuis plus de vingt ans, la question du statut des aidants fait l’objet d’une discussion chorale entre les assurances, les mutuelles, plus largement les organismes de prévoyance, les comités d’action sociale et le monde associatif, notamment les associations d’aidants.
Si l’on suit l’actualité, il a souvent été question de le rémunérer. Depuis le 1er octobre 2020, l’aidant peut bénéficier d’un congé qui lui permet d’arrêter son activité professionnelle pour accompagner un membre de sa famille et de recevoir une contrepartie financière.
53% des aidants sont salariés : c’est donc une mesure qui ne concerne pas la totalité d’entre eux. Nombre de mineurs sont également des aidants et ne peuvent être concernés par une rémunération. La rémunération est une solution incomplète et complexe. Elle n’est du moins pas la réponse à la totalité du problème. L’aidant a besoin d’être soutenu et d’avoir des soupapes pour respirer et vivre sa vie, au quotidien. Pour sa santé mentale et physique, il ne peut pas toute la journée être en capacité d’aider un proche et mettre sa vie sociale et professionnelle entre parenthèse. Que dire à un travailleur indépendant qui doit choisir entre accompagner son conjoint en situation de handicap à un rendez-vous médical ou assurer un rendez-vous professionnel ? Est-ce qu’on lui donne la possibilité d’être suppléer ? Choisir entre son conjoint et son chiffre d’affaires, c’est terrible comme situation.
Dans chaque situation, on doit réussir à mettre à disposition un aidant, en fonction de la complexité. Un aidant enregistré sur Handiroad intervient, bénévolement et ponctuellement, auprès d’une personne en fauteuil roulant pour l’aider à contourner un obstacle dans la rue. C’est un “petit” geste simple, à la portée de tous, avec un “grand” impact. C’est ça l’expérience d’Handiroad.

Que manque-il aujourd’hui au développement d’Handiroad ?

Nous nous lancerons très prochainement dans une levée de fonds.
Elle nous permettra de recruter des développeurs pour créer des outils spécifiques, et améliorer la capacité d’utilisation de l’outil. Nos utilisateurs nous signalent d’autres besoins, comme le moyen de signaler une situation d’urgence. Nous travaillons donc sur des objets connectés à activer en cas de danger. Les femmes en situation de handicap connaissent malheureusement elles aussi des violences domestiques.
Il nous faut également renforcer notre pôle commercial.
En parallèle, nous recherchons des partenaires pour accélérer notre développement et enrichir l’expérience de nos usagers. Les organismes de prévoyance, les mutuelles et les assurances sont nos cibles prioritaires car Handiroad pourrait être complémentaire de l’offre faite à leurs assurés. Nous avons aussi mis en place un mécanisme de motivation des aidants avec l’aide de commerçant de proximité. Nous sommes ouverts aux partenariats technologiques. Microsoft nous apporte des compétences pour la partie conception inclusive. Pour aller plus loin, nous aimerions aussi discuter avec des acteurs en autre des secteurs des transports (type SNCF, RATP,…), des collectivités et de l’inclusion.

Votre vote a bien été enregistré ! Allez plus loin : Participez à la visibilité du projet !
NON MERCI !