23 septembre 2020 2 minute(s)

L’intrapreneuriat, une solution pour reconstruire le monde d’après ?

L’intrapreneuriat connaît son heure de gloire au moment où il est essentiel de (re)construire et concevoir l’innovation de demain. Il apparaît aujourd’hui comme une solution durable pour accélérer le monde de l’entreprise post-crise du Covid-19 et participer au nouveau pacte social partagé.

Intraprendre pour repenser le rôle de l’entreprise dans la société

L’intrapreneuriat peut être l’une des réponses pour activer la transformation de nos entreprises et les rendre plus justes, plus éthiques, plus responsables. Facilitateur et accélérateur d’innovation, l’intrapreneuriat attire tous les regards, de la start-up aux grands groupes. Et si intraprendre était aussi une solution de choix pour relancer l’activité ? Au-delà de créer de la richesse, l’intrapreneuriat est l’occasion de donner la parole à des collaborateurs, experts ou non, mais nécessairement conscients de la réalité du terrain. L’intrapreneuriat repense le rôle et l’essence même de l’entreprise de demain : une organisation capable d’imaginer et de développer de nouveaux systèmes économiques en tenant compte des enjeux liés au changement climatique, aux inégalités, à la mobilité, à l’accès au numérique etc.

L’intrapreneuriat : une culture d’entreprise pour innover en répondant à des enjeux de long terme

Au lendemain du confinement, l’entreprise a prouvé son agilité, sa capacité à rebondir face à l’obstacle, mais aussi son pragmatisme et sa résilience. L’intrapreneuriat, à l’image de cette crise sanitaire, bouleverse l’organisation classique des entreprises, mettant un coup de projecteur sur les structures horizontales, le fonctionnement en réseau, l’engagement et l’upskilling des salariés pour une plus grande interdisciplinarité. L’innovation a été l’un des piliers pour faire face à la pandémie, mais elle démontre aussi ce besoin pour les entreprises – et la société – d’apprendre à cultiver l’innovation « slow ». Malgré l’urgence d’apporter des réponses aux enjeux sociaux, sociétaux et environnementaux, il est nécessaire de respecter la notion de long terme pour réussir l’innovation et fidéliser des « innovateurs » toujours plus déterminés à faire bouger les lignes en entreprise et au-delà.

L’intrapreneuriat : accepter de jouer en équipe et de prendre des risques

L’intrapreneuriat a plus que jamais sa carte à jouer dans l’entreprise de demain. A la fois attractive et séduisante, cette démarche bénéficie d’un fort attrait tout particulièrement chez les jeunes talents. Aussi, s’il s’agit d’un processus gagnant pour l’entreprise, ce nouveau mode d’organisation permet aussi et surtout de remettre au centre l’aventure humaine, l’enjeu d’incarner une solution et enfin, la possibilité d’aller vers une plus grande autonomie et responsabilisation des collaborateurs. L’intrapreneuriat est, et sera, un pari réussi pour toutes les organisations qui n’ont pas peur de manquer l’essai et qui acceptent la prise de risque.

 

Légende de la photo : Christophe Audouin, directeur de Les 2 Vaches, et Anne Thévenet-Abitbol, directrice Prospectives et nouveaux concepts, chez Danone, débattent de l’intrapreneuriat lors d’un événement du mouvement #LetsgoFrance, en février 2020.

 

Votre vote a bien été enregistré ! Allez plus loin : Participez à la visibilité du projet !
NON MERCI !