Maire de Loos-en-Gohelle, petite ville minière du Pas-de-Calais, Jean-François Caron lance en 2001 un projet de ville durable qui a fait ses preuves : sa ville a été déclarée « commune de référence » de la COP21. Son expérience préfigure une société plus durable si d'autres lui emboîtent le pas.

Élu en 2001, Jean-François Caron aspire, pour sa commune, à une économie fondée sur le développement durable, mais en impliquant ses administrés dans la démarche.

Il veut d'abord leur donner des raisons d'être fiers de ce qu'ils sont. Découvrant que les deux terrils de la ville ont la même taille que la pyramide de Khéops, il lance la création de la chaîne des Terrils, projet collectif inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco en 2012. Il réinvente les relations des élus avec la population en mettant en place des modalités pour associer les gens à l'élaboration des solutions. La mise en route est lente mais, après quelques années, la dynamique est impressionnante : les habitants s'approprient les solutions et multiplient les initiatives originales, de sorte que le développement durable devient l'affaire de tous.

Un modèle agricole et alimentaire centré sur la production locale et bio se met en place, des programmes d’éco-construction sont lancés, les véhicules de la mairie roulent désormais au gaz naturel, etc. Loos est devenue un terrain d’expérimentation de l'économie circulaire ainsi que de l'économie d'énergie et de matière. 

La bonne image de la ville et sa dynamique attirent. Le nombre de commerces augmente au point que les locaux commencent à manquer. Un pôle de compétitivité sur l'économie circulaire est créé et fédère les principaux acteurs de ces domaines. La Fondation d'Auteuil y installe un centre de formation pour 350 apprentis dans les métiers de l'éco-construction…

La commune a été choisie comme seule visite de terrain pour la COP21. Un TGV devait amener de Paris 500 décideurs du monde entier, mais les attentats du 13 novembre 2015 ont contraint les autorités à annuler cette visite. La commune et son maire ont cependant été médiatisés par de nombreux journaux français et étrangers pendant la COP 21.

Le rôle de Jean-François Caron  est maintenant d'essaimer. Il a le projet de travailler, avec l'appui de l'Ademe et différents acteurs territoriaux, pour les aider à trouver leur propre trajectoire. 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Jean-François Caron résume son expérience en quelques bonnes pratiques :

>impliquer les habitants ;

> trouver une étoile qui donne envie d'aller vers un nouveau modèle de société, en posant les petits cailloux blancs qui balisent le chemin (refaire le toit de l'église avec des panneaux solaires, modifier les repas à la cantine scolaire, etc.) ;

>trouver une manière de désobéir à la pensée unique, sans affoler les habitants : il fallait oser faire d'un terril une œuvre d'art et cette transgression a été fondatrice d'une nouvelle dynamique. 

 

Plus d’info : Transposer la réussite singulière de Loos-en-Gohelle, ou l'ouvrage Résilience écologique, Loos-en-Gohelle ville « durable ».

 

Crédit photo : Joseph Leroy - ville de Loos-en-Gohelle

Chargement …