Le monde du vin n’est pas en reste en matière d’innovation et plusieurs startups françaises font leur preuve dans ce domaine, à l’instar de D-Vine qui propose la « Nespresso© du vin », une machine qui carafe et met à bonne température les vins sélectionnés en une minute chrono.

D-Vine, le vin au verre "à la française" 

L’aventure de D-Vine a commencé en 2010 avec trois passionnés de vin nantais. Thibaut Jarrousse, Jérôme Pasquet et Luis Da Silva, alors cadres dans de grands groupes, notent deux tendances de fond : l’essor du service au verre de vin et la quête de la même qualité de service à la maison qu’au restaurant. Constatant qu’aucun service ou appareil ne pouvait combler les attentes des consommateurs, le trio décide de concevoir la D-Vine, le premier appareil qui permet de déguster un vin à température idéale et aéré. « Les consommateurs veulent boire mieux et moins. Avec la D-Vine, on accède à un service ‘à la française’ digne des meilleures tables », estime Thibault Jarrousse.

 

8,27 milliards €

C'est le chiffre d'affaires des exportations de vins produits en France. 

100% #madeinFrance

 Après plusieurs mois de bricolage dans un garage, ils quittent leurs postes et se lancent d’abord en nouant un partenariat avec une autre start-up française, installée à Blanquefort près de Bordeaux, WIT qui propose des tubes de verre de différentes contenances. Une solution pour apprécier un verre de bon vin sans avoir à ouvrir une bouteille. « Nous sommes partis du format de 10 cl – l’équivalent d’un verre standard - pour développer notre concept et commencer à sélectionner les vins et proposer un service de dégustation à la carte, comme au restaurant », raconte Thibaut Jarrousse. Après cinq ans de R&D, des partenariats avec une trentaine de PME françaises pour la conception et d’accompagnement par la technopole Nantes Atlanpole et les incubateurs d’Audencia, HEC et Centrale, la D-Vine voit enfin le jour. « Cet accompagnement a été primordial pour nous, primo-entrepreneurs. Il nous a permis de prendre du recul », reconnaît Thibaut Jarrousse. Les premières machines sont livrées fin 2015 et la D-Vine rencontre un succès fou au CES de Las Vegas* où elle remporte deux prix. « En quelques semaines, nous avons été en rupture de stock ! », se souvient Thibaut Jarrousse. 

 

«J’adore le fait que ce soit une petite entreprise française qui ait imaginé la D-Vine et valorise ainsi le vignoble auprès d’une clientèle internationale. » Emmanuel Sauvage, Evok Hôtels

 

Cap sur les Etats-Unis

Aujourd’hui, D-Vine lance une nouvelle version, destinée à l’hôtellerie-restauration. Testée à l’hôtel Mercure de Nantes, dans son nouvel espace bar, elle a aussi séduit le restaurant Dalloyau de la rue Saint-Honoré ou encore le nouveau palace Nolinski, à Paris. « Nous avons équipé nos deux plus grandes suites avec la D-Vine et l’appareil rencontre un succès incroyable, notamment auprès de nos clients étrangers, explique Emmanuel Sauvage, directeur général du groupe français Evok Hôtels. Ils sont fascinés par la facilité d’usage : la machine reconnaît, grâce à une puce sur le tube en verre, de quel vin il s’agit et adapte la température de service automatiquement. » Prochaine étape, le développement de la gamme de vins pour répondre aux attentes du marché américain. D’ailleurs Thibaut Jarrousse sera à nouveau présent au CES en janvier prochain* au sein de la délégation Business France. « Le French sommelier, comme l’appellent nos amis américains, a un bel avenir », se félicite le jeune entrepreneur.

 

*Le prochain CES (Consumer Electronic Show) se tiendra à Las Vegas du 5 au 8 janvier 2017.

 

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. 

 

Chargement …