Nouveau venu dans la French Foodtech, e-Gourmets est un service en ligne qui déniche, promeut et distribue les produits des exploitants agricoles et des artisans écoresponsables, auprès des consommateurs. Son co-fondateur, Noël Russo, prend la parole dans #LetsgoFrance, pour militer en faveur de la valorisation de ces primo-acteurs de la gastronomie française.

Les produits du terroir sont plus que de simples produits alimentaires, ce sont des biens socio-culturels ! Mais à l’heure où les acteurs de la grande distribution n’ont que les mots  «terroir» et «producteurs français» à la bouche, nous perdons environ 26m² de terre agricole par seconde[1]. Ce ne sont pas les grandes exploitations industrialisées qui en font les frais, mais les petites et moyennes exploitations. Leur fermeture peut entraîner désertification, spéculation immobilière, et à terme perte de lien social. De plus, si la valorisation de la matière première en produits manufacturés ou encore la vente directe  leur permettent déjà de travailler autrement, ce modèle consomme beaucoup de  temps et d’énergie pour des tâches hors-production qui ne sont pas leur cœur de métier. Une situation difficile !

Le challenge est donc là. Comment valoriser les produits de nos terroirs ? Comment développer l’activité de nos exploitations agricoles ?  Comment rendre leur juste place aux producteurs français ?  En tant que co-fondateur d’e-Gourmets, ma conviction est que la digitalisation est l’alliée des exploitants indépendants. Avec un service comme e-Gourmets, il ne sera plus question pour eux de vivoter, mais bien de développer leur activité, tout en conservant leur approche durable « à haute valeur culturelle ajoutée ». Nous pourrons alors tous nous montrer plus positifs et confiants dans nos ambitions !

Les perspectives dans ce nouveau segment du e-alimentaire (cf. achats alimentaires en ligne, drives…) sont à deux chiffres. Le lancement récent d’AmazonFresh va acculturer le consommateur. Avec les (r)évolutions de la logistique, les agriculteurs-partenaires d’e-Gourmets auront bientôt accès à tous ce nouveau segment de marché sans quitter leur ferme ! Et si le marché semble immense, l’aventure entrepreneuriale n’en est que plus belle.

Pour réussir, l’action des acteurs institutionnels publics et privés apparaît limpide : simplifier, simplifier, simplifier !
 

Simplifier les appellations. AOP, AOC, IGP, produits du terroir, producteur français … Acteurs publics ou privés doivent comprendre que le consommateur ne garde que le goût amer du doute, quand surviennent les scandales dans l’industrie alimentaire, ou des études montrant que 16 % des salades contiennent 5 traces de produits chimiques interdits[2] !
 

Simplifier les règles pour nos producteurs. Nombreux sont ceux qui abandonnent les certifications, trop coûteuses en énergie, pour un retour sur investissement très faible, dans un marché de l’appellation ultra-concurrentiel.  
 

Simplifier l’accès au marché, et par là, l’accès aux fonds d’amorçage pour les start-ups et les producteurs, en passant d’une logique de subvention à une logique de promotion. Les agriculteurs sont des entrepreneurs avant tout, les premiers que l’économie capitaliste a connu d’ailleurs : leur souhait est de vivre de leur travail et de valoriser leurs compétences ! Gardons-le à l’esprit.

La #foodtech se dessine comme la prochaine conquête majeure du numérique et les champs d’application sont encore très nombreux ! Et ne l’oublions pas, dans « Foodtech », il y a le mot  ‘’food’’ car c’est là que la France présente de très nombreux et savoureux atouts #letsgofrance

 

Noël Russo, co-fondateur d’e-Gourmets 

 

[1] D’après une étude du syndicat Jeunes Agriculteurs

[2] D’après une étude de Générations futures

Chargement …