Sept films en préselection aux Oscars et un record au box office étranger pour l’adaptation 2015 du Petit Prince : non seulement la filière d'animation française a du style, mais elle se porte bien. Interview de Philippe Alessandri, producteur et président du syndicat des producteurs de films d'animation.

Comment se porte la filière d'animation française ?

Philippe Alessandri : L'animation française va très bien ! En volumes produits pour la télévision, la France est en troisième position dans le monde, derrière les Etats-Unis et le Japon. Nous sommes très loin devant nos voisins européens. Au cinéma, nous avons des budgets inférieurs aux blockbusters américains, mais nous réussissons à produire 7 à 8 films chaque année et ces films sont reconnus dans le monde entier. Quant au marché de l’emploi dans notre secteur, il n’a jamais été aussi dynamique.

 

Les films français réussissent donc à l'export ?

P.A : Il n'y a qu'à voir le succès du Petit Prince, qui a dépassé les 20 millions d'entrées à l’étranger. Cela fait cinq ans d'affilée qu'aux Oscars il y a soit un long, soit un court métrage, ou bien les deux, qui sont nominés. J'ajoute qu'en 2015, TV et cinéma confondus, l'export a atteint un niveau record avec plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaire.

 

Comment expliquer ces succès ?

P.A : Il est d'abord dû à la qualité de nos formations. Celle-ci ne se limite pas à l'Ecole des Gobelins Selon un journal international de référence, Animation Career Review, trois autres écoles françaises figurent dans le top 10 des meilleures formations mondiales : Rubika, l’Esma et Creapole. Ce sont des formations relativement généralistes qui permettent d'être polyvalent.

 

100

C'est, en millions d'€, le chiffre d’affaires à l’export des films d’animation en 2015. Un record.

 Quels sont les grands studios présents sur le territoire ?

P.A : En télévision, Xilam ou Cyber Group par exemple emploient chacun, directement ou indirectement, 200 intermittents à Paris, Angoulême et Lyon. Côté cinéma, le studio MacGuff, racheté par Universal, emploie quelques 900 personnes à Paris. On lui doit Les Minions et La Vie secrète des Animaux. Suite à l'accord que nous avons réussi à signer avec l'Etat pour relocaliser la production (accord entré en vigueur le 1er janvier 2016, NDLR), la quasi-totalité de la production TV de 2016 devrait être effectuée en France.

 

Le film d’animation « Ma vie de courgette » est sélectionné aux Golden Globes. Rendez-vous le 10 janvier 2016 pour le verdict !

Les Gobelins

Chargement …