Compétition e-sport
Epicenter 2017, Saint-Petersbourg, Russie
E-Sport

E-sport : la France sur le podium européen

par

E-SportE-sport : la France sur le podium européen

Troisième marché européen, derrière la Suède et la Russie, chiffre d'affaires en plein boom : la France entend bien valoriser l'expertise de ses entreprises spécialisées dans l'e-sport. Zoom sur ce secteur qui pourrait faire son entrée aux prochains Jeux Olympiques de Paris !

En constante progression sur le marché du jeu vidéo depuis le début des années 2010, l'e-sport français a généré en 2017 plus de 20 millions d'euros de chiffre d'affaires*. Depuis avril 2016, la France dispose même d’une association nationale, France eSports, qui regroupe les principaux acteurs et joueurs du sport électronique.  Elle leur octroie un statut juridique, qui permet la professionnalisation de l’activité. 

 

20 millions

C'est le montant en euros généré par l'e-sport français en 2017

Un enjeu national, des démonstrations régionales

En lien avec la professionnalisation du secteur, de nombreux événements servent de vitrine à l’excellence française : Gamers Assembly à Poitiers, Lyon E-sport, Paris Games Week, DreamHack à Tours... De quoi séduire de plus en plus de joueurs, essentiellement des millennials qui représentent aujourd’hui 62 % des joueurs actifs. « Inconnu il y a encore quelques années, l’e-sport séduit le grand public pour devenir une industrie en plein essor, qui continue de gagner en popularité et en envergure », explique Caroline Thelier, la directrice générale de PayPal, qui vient récemment de publier une étude sur le marché de l’e-sport. Au point d’ailleurs que Tony Estanguet, co-président du comité Paris 2024, estime que les compétitions électroniques pourraient faire leur entrée aux prochains Jeux Olympiques.

 

Des champions français

Pour accompagner cette montée en puissance, la France se donne les moyens de faire partie des trois meilleurs pays européens. Comme le souligne BusinessFrance, les initiatives se multiplient pour favoriser l’émergence des grands de l’e-sport de demain, notamment grâce au Tremplin, un incubateur dédié aux métiers du sport, et installé au stade Jean Bouin à Paris. De leur côté, les entreprises se mobilisent aussi. Le syndicat des éditeurs de jeux vidéo, qui représente les intérêts de toute la profession, est membre cofondateur de France e-Sports.

Ainsi, alors que le secteur se professionnalise et se développe sur le modèle des ligues sportives américaines, des équipes françaises tirent leur épingle du jeu. Parmi elles, la team Vitality, plus important club professionnel d’e-sport en France. Dirigée par les français Nicolas Maurer et Fabien Devide, l’équipe vient de lever 2,5 millions d’euros auprès de plusieurs fonds d’investissements. Ce financement devrait lui permettre de recruter les meilleurs joueurs, et donc, d’être sélectionnée par les éditeurs de jeu vidéo pour participer aux compétitions les plus prestigieuses. L’équipe, composée d’une cinquantaine de joueurs professionnels, compte déjà parmi ses membres le champion du monde 2017 du jeu de football FIFA. Pour Nicolas Maurer, l’ambition est de « créer une marque qui sera incontournable pour les ligues majeures européennes », comme il l'affirme dans les Échos (05/02/2018). La Team Vitality n’est toutefois pas la seule à s’être développée ces dernières années : d’autres équipes telles Millenium, LDLC, Wysix ou encore Supremacy gagnent en professionnalisme et sont présentes sur les principaux tournois d’e-sport… Et pourquoi pas aux prochains Jeux Olympiques ? 

 

*Selon une étude Superdata, réalisée pour PayPal

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter. 

 
Abonnez-vous à notre newsletter :
Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …