henry-be-98915-unsplash.jpg
Alimentation durable
par

La France, championne de la durabilité alimentaire

Pour la troisième année consécutive, la France occupe la première place du palmarès 2018 de l’indice de durabilité alimentaire publié par le magazine britannique « The Economist ». Le fruit de mesures et d’initiatives fortes développées dans l’Hexagone pour lutter contre le gaspillage alimentaire, aider sa population à mieux se nourrir et se doter d’un modèle agricole durable.

Il est encore peu courant en France de se voir remettre un « doggy bag » à la sortie d’un restaurant. Et pourtant, cette mesure révolutionnaire, qui fera sans nul doute grincer quelques dents au pays de la gastronomie, sera obligatoire dès 2021 dans tous les bistrots et grandes tables du territoire.

Dixit la loi Alimentation votée en 2018, dernier volet d’une série d’engagements lancée en 2013 avec le Pacte national de lutte contre le gaspillage – qui entend le réduire de moitié d’ici 2025 – et marquée en 2016 par la loi Garot, obligeant la grande distribution à répartir les invendus alimentaires entre les plus démunis.

 

La France, pionnière dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

Dans un monde où un tiers des aliments produits est jeté ou perdu – soit une destruction de valeur de près d’un milliard de dollars, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) –, « la France est sans conteste à l’avant-garde des politiques et mesures visant à réduire ces pertes », salue Martin Koehring, auteur de l’indice de durabilité alimentaire (Food Sustainability Index ou FSI) qui place l’Hexagone, pour la troisième année consécutive, en tête de son classement devant les Pays-Bas et le Canada.

L’étude comparative est élaborée par « The Economist Intelligence Unit » qui réunit chercheurs, économistes et journalistes pour analyser les différentes façons de produire et de consommer dans 67 pays, représentant à eux seuls 90 % du PIB mondial et environ 80 % de la population. Une quarantaine d’indicateurs sont retenus, répartis en trois catégories : pertes et gaspillages alimentaires, défis nutritionnels, agriculture durable.

Si la France peut se targuer d’avoir le système alimentaire le plus durable au monde, c’est avant tout pour ses excellentes performances dans la lutte contre le gâchis. « En termes de gaspillage alimentaire par l’utilisateur final, il est de 67,2 kg par personne en France, un niveau très inférieur aux 95,1 kg perdus par personne aux États-Unis, aux 87,1 kg en Belgique ou encore aux 78,2 kg au Canada », rappelle le FSI.

 

Défis nutritionnels et agricoles : des progrès significatifs

L’Hexagone n’a pas à rougir non plus de ses performances en matière de défis nutritionnels et d’agriculture durable.

Si des efforts restent encore à faire, selon l’étude, pour enrayer par exemple le problème de suralimentation dans le pays ou la fréquentation encore trop assidue des fast-foods, « la France obtient des notes élevées pour la qualité de sa réponse politique aux habitudes alimentaires », ainsi que l’observait déjà le FSI dans son édition 2017. «  Francesco Branca ,  ( directeur de l’Organisation mondiale de la santé , ) cite la France parmi les pays qui se démarquent par ses efforts pour lutter contre l’obésité chez les enfants  » , avec des initiatives «  clés  » comme le programme EPODE – rebaptisé VIF (Vivons en forme) – pour prévenir l’obésité infantile à l’échelle des villes. «  Lancé pour la première fois en France dans dix communautés pilotes en 2004, EPODE est maintenant copié par plus de 500 communautés à travers le monde.  »

De même, si notre pays peut mieux faire pour une gestion raisonnée de l’eau dans le secteur agricole, il n’a jamais été aussi bien engagé sur la voie d’une agriculture durable. « C’est en matière de durabilité des pratiques agricoles que la France progresse le plus cette année, note ainsi le ministère français de l’Agriculture.  Elle est désormais au troisième rang mondial. Préservation de la biodiversité, diversification des cultures, lutte contre l’artificialisation des sols, "The Economist" cite notamment les actions menées dans l’hexagone en faveur de l’agro-écologie  », et l’ambition de voir d’ici 2025 la plupart des agriculteurs tricolores convertis à des techniques plus respectueuses de l’environnement et de la société. « L’initiative française est un exemple important d'un changement croissant vers des agro-écosystèmes plus durables dans le monde », rappelait en 2017 le FSI.

Des progrès qui comptent pour respecter les engagements signés en 2015 dans le cadre de l’accord de Paris, avec un système alimentaire mondial qui serait responsable d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre planétaires…


Pour la troisième année consécutive, la France arrive en tête de l’indice de durabilité alimentaire (FSI) élaboré par « The Economist Intelligence Unit ». Une performance assurée par des politiques et mesures avant-gardistes en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire, ainsi que des progrès significatifs pour relever les défis nutritionnels et agricoles qui se posent à elle ainsi qu’à l’ensemble des pays développés. Interdiction des invendus alimentaires, lutte contre l’obésité infantile, politique ambitieuse d’agro-écologie sont autant de mesures fortes qui dotent aujourd’hui la France du système alimentaire le plus durable au monde.


C'est parti pour la 2ème édition ! Participez à la 2nde édition des Trophées #LetsgoFrance ici.

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.
Concours

Trophées
#LetsgoFrance

En savoir plus Découvrez les candidats

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.