La France dans le top 10 des exportateurs de programmes
Audiovisuel

La France dans le top 10 des exportateurs de programmes

par

AudiovisuelLa France dans le top 10 des exportateurs de programmes

Les ventes de programmes audiovisuels français à l’étranger s’envolent. En 2015, elles ont atteint le montant record de 164,2 M€ après une progression de 42,8% sur 10 ans. Retour sur un secteur qui se porte bien.

Les ventes de programmes audiovisuels français à l’étranger s’envolent. En 2015, elles ont atteint le montant record  de 164,2 M€ après une progression de 42,8% sur 10 ans. Retour sur un secteur qui se porte bien.

12,4%

C’est le taux de croissance de la vente des programmes français à l’étranger soutenue par l’animation entre 2014 et 2015.

L’animation demeure le genre leader de l’export français, dynamisé par sa formation de qualité, un tissu de producteurs indépendants comme le Cyber Group Studios, ainsi que des chaînes actives dans l’investissement. Cet ensemble constitue selon Mathieu Béjot, délégué général de TV France International, un « écosystème vertueux qu’on ne retrouve nulle part ailleurs ». Ce système assure la présence de la France dans le top 10 des exportateurs en termes de chiffre d’affaires, et la troisième place en volumes horaires.

 

Compétition en ligne

 

6%

C’est le taux de croissance de la vente des programmes français à l’étranger soutenue par la fiction entre 2014 et 2015.

L’investissement dans le secteur audiovisuel représentait 129,8 milliards de dollars en 2015, au niveau international. À cette échelle, la domination américaine - estimée à 33% du marché global - ne fait aucun doute mais, comme tous les acteurs de l’audiovisuel, elle est confrontée au bouleversement de son modèle financier. Les acteurs numériques et transfrontaliers, Netflix et Amazon en tête, ont en effet changé la donne. En 2015, Netflix et Amazon ont investi respectivement 4,9 M$ et 2,6 M$ dans leurs programmes, contre 6,6 M$ d’investissement global de la  France dans ses programmes. Autant dire que ces plateformes ont presque les moyens d’un pays ! Ce qui représente aussi de nouvelles opportunités.

 

6,3%

C’est le taux de croissance de la vente des programmes français à l’étranger soutenue par le documentaire entre 2014 et 2015.

« Pour certains distributeurs français, notamment ceux spécialisés dans les  programmes d’animation, ces plateformes numériques représentent jusqu’à 35% de leurs chiffres d’affaires à l’export », indique Mathieu Béjot. « Pour l’export des programmes, ces plateformes sont devenues un relai de croissance à part entière qui provoque aussi de nouvelles batailles » poursuit-il. Y compris celle qui anime actuellement les plateformes numériques. Canal + continue par exemple de développer son service de SVOD, CanalPlay, de manière à rivaliser avec le géant Netflix dans le monde francophone.  Prochaine étape pour la plateforme ? Renforcer son catalogue en acquérant notamment l’exclusivité des créations originales de Canal +.

 

La bataille de la fiction

 

11,8%

C’est la hausse des programmes français coproduits avec des investissements étrangers (hors magazine) entre 2014 et 2015. 1 193 heures, contre 1 067 heures en 2014. 

La fiction, dopée par la demande mondiale de séries, est donc au cœur de l’attention. Les plateformes augmentent le rythme (41 nouvelles séries présentées en 2015 contre 20 en 2014, toutes plateformes confondues), poussant la concurrence à faire preuve de créativité. « On observe une demande globale de programmes à l’écriture complexe,  d’une qualité sans précédent pour la télévision », estime Mathieu Béjot. Cette hausse de la qualité - de l’écriture à la distribution -, implique celle des financements. « Les acteurs français prennent leurs marques, poursuit Mathieu Béjot. Canal+ est leader en matière de coproduction internationale mais TF1 a par exemple récemment racheté la société Newen afin de passer à une autre échelle. » TF1 a d’ailleurs indiqué vouloir constituer autour de Newen (deuxième producteur français de fiction et troisième producteur de flux), un pôle de production européen, à l'image du groupe de télévision britannique ITV ou du groupe Vivendi de Vincent Bolloré.  Tout un programme en perspective !

 

Chargement …