La « robolution » à la française est en marche
Innovation

La « robolution » à la française est en marche

par

InnovationLa « robolution » à la française est en marche

Les solutions « made in France » sont en pointe dans le domaine de la robotique,. Des dizaines de start-ups se lancent dans ce domaine et attisent la convoitise de leurs concurrents mondiaux. L’annonce d’une « robolution », une nouvelle révolution robotique ?

La France, un marché dynamique …

Des robots agricoles aux robots chirurgicaux, le marché français de la robotique a le vent en poupe grâce à des laboratoires de recherche de niveau mondial, de nombreuses start-ups de technologie de rupture et des entreprises réputées dans leur domaine.

Présents depuis de nombreuses années dans les ateliers de production, les robots entrent aujourd’hui dans les maisons de retraite, les hôpitaux, les musées et même chez les particuliers pour tenir compagnie et rendre de nombreux  services.

 

… porté par les nouvelles problématiques de vieillissement et de dépendance

L’association Edenis, qui gère une vingtaine de résidences médicalisées pour séniors dans le Sud de la France, a introduit dans deux Ehpad1 des robots conçus par la société toulousaine RoboCare Lab. Les personnes âgées peuvent alors communiquer via l’écran muni d’une caméra. De son côté, l’interlocuteur, de chez lui via un ordinateur équipé d’une webcam, peut aussi piloter le robot à distance.

Pionnier en matière de robotique en France, Robosoft a été créée en 1985 à Bidart (Pyrénées-Atlantiques). En trente ans, l’entreprise a imaginé des robots pour de nombreux secteurs : Son robot pour personnes dépendantes Kepa a reçu le premier prix au Concours mondial d’Innovation en 2015. « Nous nous adressons à un marché haut de gamme, celui des maisons de retraite, des services de téléassistance, du maintien à domicile, explique Vincent Dupourqué, fondateur de Robosoft. Il ne s’agit ni d’un jouet ni d’une tablette sur roulette ! »

 

« Nous avons 60 laboratoires et plus de 1300 doctorants, roboticiens ou professeurs en robotique qui rayonnent mondialement. »

 

Les entreprises françaises séduisent la concurrence

C’est donc dans la catégorie des robots d’assistance que l’émergence de nouvelles entreprises est particulièrement forte. Ainsi, Blue Frog Robotics a conçu Buddy, le premier robot compagnon accessible à tous. « D’ici vingt ans, de nouveaux usages vont émerger car le secteur de la robotique va devenir disruptif. On le voit avec l’émergence des robots compagnons », insiste Catherine Simon, présidente d’Innorobo, le salon de l’innovation robotique qui s’est tenu en octobre dernier à Paris. Autre secteur en plein essor, la robotique médicale qui enregistre une croissance de près de 20 %. Et les innovations françaises attisent la convoitise de la concurrence qui n’hésite pas à racheter les pépites.

Parmi les explications de ce dynamisme, l’excellence de la recherche française arrive en tête. « Nous avons 60 laboratoires et plus de 1300 doctorants, roboticiens ou professeurs en robotique qui rayonnent mondialement », précise Catherine Simon.

Autant de créativité et d’inventivité qui permettent l’émergence de nombreux acteurs, de toutes tailles, comme Aldebaran, devenu le leader mondial de la robotique humanoïde… et racheté par le Japonais SoftBank. « Nous sommes également très forts en drones , en navigation autonome, en intelligence artificielle, en software , souligne Catherine Simon. En fait, on s’appuie sur tous les secteurs importants dans notre PIB : l’ aéronautique , la défense, le médical… »

La France présente ainsi tous les atouts pour prendre une place de leader en Europe et dans le monde en matière de robotique. Un plan France Robots Initiatives, lancé en 2013 par le gouvernement, accompagne ainsi l’ambition des entreprises et du monde académique dans cette perspective. Un objectif atteignable à l’horizon 2030.

Chargement …