louvre.jpg
Abu Dhabi, Emirats arabes unis, le 04 janvier 2018. Intérieur du Musée du Louvre Abu Dhabi, et réflexion du dôme "pluie de lumière". Crédit photo : Oleg Gawriloff / Shutterstock.com
Patrimoine

Les musées français, soft power en force

par

PatrimoineLes musées français, soft power en force

Après le Louvre Abu Dhabi, une antenne du Centre Pompidou à Shanghai. Comme eux, nombreux sont aujourd’hui les musées tricolores, devenus des marques à part entière, à exporter un savoir-faire mondialement reconnu. Ou comment la culture française réinvente sa façon de rayonner à l’international.

Des tournées triomphales des chefs-d’œuvre des musées Picasso et Marmottan Monet à travers le monde, des expositions itinérantes « clé en main » proposées par les musées du quai Branly, d’Orsay ou du Mucem sur les cinq continents, une aile du Louvre à Atlanta, un musée Rodin à Salvador de Bahia, un Centre Pompidou éphémère à Malaga…

Depuis deux décennies, les musées français multiplient les projets de développement à l’international, confortés par un succès public qui ne se dément pas dans leurs murs comme en-dehors, et par une demande forte de leurs pairs étrangers.

 

Des marques, des œuvres et des savoir-faire convoités

Selon Françoise Nyssen, ministre de la Culture, cette forme de « diplomatie culturelle » est « une formidable passerelle entre les pays et un vecteur de rayonnement pour nos collections nationales ».

De fait, la richesse du patrimoine des musées tricolores est telle que jusqu’à 90 % des œuvres – c’est le cas du Centre Pompidou, qui dispose de la 2e plus importante collection d’art moderne et contemporain au monde – dorment dans leurs réserves, faute de place pour les exposer. Un capital exceptionnel qui ne demande qu’à être valorisé.

L’objectif est aussi de partager l’expertise muséale et scientifique française, et par là même de développer de nouvelles ressources à l’heure où les subventions publiques diminuent dans les budgets. Conseil et assistance pour coordonner les expositions, constituer une collection permanente, préserver les œuvres, définir une politique de médiation culturelle, voire construire son bâtiment – à l’image du rôle joué par l’Agence France-Muséums, créée pour mener à bien le projet de musée universel du Louvre Abu Dhabi auprès des Émirats arabes unis… En vendant leurs noms, devenus de véritables marques, les musées français offrent un savoir-faire, mieux, une garantie de qualité muséographique et d’exigence scientifique que leurs pairs étrangers sont prêts à payer au prix fort.

Mais l’enjeu est bien plus que financier : « notre haut niveau de formation, la qualité de nos institutions et la compétence de nos professionnels servent la cause de la transmission et du partage, estime ainsi Aurélie Filippetti. Dans cette économie de la connaissance qui se dessine sous nos yeux et qui fera la croissance de demain, notre pays doit s’appuyer sur ses secteurs d’excellence pour tenir sa place. Il peut compter sur le patrimoine. »

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Abonnez-vous à notre newsletter :
Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …