bureau_des_legendes_saison4_c_canal_samuel_kirszenbaum_asile.jpg
Le Bureau des Légendes, série française multiprimée sur les services de renseignement, créée en 2015 Éric Rochant. © Canal+/Samuel Kirszenbaum/Asile
Renseignement
par

Les services de renseignement contribuent au rayonnement de la France

Cette semaine #LetsgoFrance s’intéresse au monde méconnu du renseignement, autrement dit l’espionnage et le contre-espionnage. Jérôme Poirot, ancien adjoint au coordonnateur national au renseignement et co-auteur d’un magistral « Dictionnaire du renseignement » (éditions Perrin), nous aide à comprendre les missions et l’organisation de cet univers complexe. Interview-vérité !

poirot-bruno_klein.msg_.jpg

poirot-bruno_klein.msg_.jpg, par AdminLetsGo

Quelles réalités recouvre la notion de "communauté du renseignement" et comment est-elle organisée en France ?

 

J.P : On parle de « communauté du renseignement » parce que les services ont depuis une dizaine d’années le sentiment de faire partie d’un ensemble cohérent, d’appartenir à un club d’administrations et de personnes unies par des liens d’intérêt, par les missions qui leur sont confiées, par les méthodes qu’ils utilisent. Cette notion a une traduction juridique dans un arrêté du Premier ministre du 9 mai 2011. Elle comprend l’Académie du Renseignement, la DGSE, la DRSD (Direction du Renseignement et de la Sécurité de la Défense), la DRM (Direction du Renseignement Militaire), la DGSI, la DNRED (Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières) et Tracfin. La clé de voûte de l’ensemble est la coordination nationale du renseignement placée auprès du Président de la République. 

 

Ce concept est né des profondes réformes de l’appareil de renseignement français voules par le Président Nicolas Sarkozy. Cela a conduit à considérer l’ensemble des services comme un tout chargé de mettre en œuvre les décisions politiques dans ce domaine.  Au plan opérationnel, cela s’est traduit par un processus inédit de mutualisation des moyens techniques en matière d’équipements satellitaires et cyber. Le pilotage des services a lui aussi connu une révolution avec des réunions périodiques entre chefs de service autour du coordonnateur national du renseignement. 

 

La communauté française du renseignement comprend environ 13.000 personnes et est dotée d’un budget de 2 milliards d’euros.

 

Les services de renseignements français ont la réputation d'être parmi les meilleurs au monde. Est-ce exact et si oui, pourquoi ?

 

J.P :  La réputation d’excellence des services français est méritée. Elle tient aux équilibres qu’elle est parvenue à trouver. Equilibre s’agissant de la dimension de sa communauté : elle est épargnée par le gigantisme de son homologue américain qui perd en efficience à chaque fois qu’elle enfle et qui coûte très cher au contribuable. Equilibre entre le renseignement technique et le renseignement humain qui a toujours été un de ses points forts. Equilibre entre les priorités fixées aux services : contre-terrorisme, contre-espionnage, contre-prolifération, promotion des intérêts français. Equilibre entre efficacité de l’action et respect des grands principes juridiques. Dans ce domaine, les Allemands sont gênés par le pouvoir de leur Cour constitutionnelle et par leur fédéralisme qui interdit d’avoir un service de renseignement intérieur aux larges compétences. La France appartient donc à cette toute petite poignée de pays démocratiques pouvant compter sur des services de très haut niveau.

 

Diriez-vous que ces services sont une composante importante mais souvent méconnue, voire sous-estimée, de l'influence et du rayonnement de la France dans le monde ?

dictionnaire_renseignement_cv_1.jpg

dictionnaire_renseignement_cv_1.jpg, par AdminLetsGo

 

 

J.P : Bien entendu les services contribuent largement au rayonnement de la France. De deux manières. D’abord de par leur excellence dans des domaines tels que le contre-terrorisme ou la contre-prolifération : de nombreux pays souhaitent coopérer avec la France sur ces questions, car ils savent combien nos services peuvent contribuer à leur sécurité. Ces coopérations créent des liens très étroits et permettent de démontrer ce que la France peut faire pour ses alliés et ses partenaires. Ensuite parce que comme d’autres administrations, les services, dans leur champ de compétences, oeuvrent à défendre et promouvoir les intérêts de la France, comme les diplomates, les fonctionnaires du Trésor ou ceux du ministère de la culture. 

 

 


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.