letsgofrance_orties.jpg
Dossier Bio-innovation

L’ortie, l'herbacée bien enracinée dans l'Hexagone

par

Dossier Bio-innovation L’ortie, l'herbacée bien enracinée dans l'Hexagone

Redoutée pour ses propriétés urticantes mais recherchée pour ses vertus médicinales et réputée pour ses saveurs gourmandes, l’ortie a plus d’un tour dans son sac. Présente en abondance dans l’Hexagone, sa fibre intéresse de plus en plus l’industrie et les biotechs.

Sous une apparence ingrate, une belle plante qui ne mégote pas ses faveurs

Elle peut être « grande », « brûlante », « à pilules » (urtica pilulifera) ou « romaine ». Immédiatement identifiable à ses longues tiges et ses feuilles velues, elle pousse en abondance dans notre pays.

Piquante et mal-aimée, source de dictons qui ne la mettent pas à la fête (« jeter le froc aux orties », « pousser Mémé dans les orties »…), elle n’en révèle pas moins, quand on sait la prendre, une nature généreuse servie par des dons impressionnants.

Elle est bonne et nourrissante en soupe, apaisante en cataplasme pour les douleurs rhumatismales, efficace en lotion contre l’acné ou en bain de bouche contre les aphtes, ou encore bénéfique contre la tension artérielle. La Faculté lui a de longue date témoigné son estime pour ses qualités médicinales : dépurative, anti-inflammatoire, antianémique, antiulcéreuse, immunostimulante, galactogène (car excellente pour le lait maternel), etc.

Mais ses bienfaits ne s’arrêtent pas au bréviaire de la santé. La grande ortie, qui prolifère en tous lieux (forêts et jardins, bords des routes et murets, friches…) est également utilisée à des fins industrielles ainsi qu’en engrais ou en insecticide.

Comestible et thérapeutique, elle a donc tout aussi bien la main verte et des dispositions affirmées pour l’innovation technologique.

 

Une grande tige « à la mode »

Que de trésors cachés dans cette « mauvaise graine » à la réputation pourtant si peu flatteuse ! Mais les choses changent grâce à la reconnaissance croissante de la vocation textile et high-tech de notre héroïne herbacée, qui a trop longtemps été éradiquée comme du chiendent par les jardiniers et les agriculteurs.

Le secteur du textile et de l’habillement en pince aujourd’hui pour elle. En effet, la tige d’ortie présente l’intérêt d’être une fibre textile d’excellente qualité, à la fois légère et solide, aux propriétés physiques précieuses en matière d'isolation thermique. On peut la moduler à souhait : selon la façon dont elle aura été traitée, elle constituera une étoffe chaude grâce à sa capacité à emprisonner de l'air dans le tissu, ou au contraire un tissu estival plus frais lorsqu’il en aura été évacué.

 

L'ortie ne nécessite pas d’ajout d’eau, ni pesticides, ni engrais, et demande très peu d’entretien.

 

Ces atouts ont séduit l’entreprise alsacienne Velcorex-Matières Françaises, qui développe un tissu révolutionnaire en ortie et compte commercialiser en 2018 un jean 100 % orties ! Son président, Pierre Schmitt, rêve d’une structuration de la filière ortie, encore très peu organisée, et d’une réhabilitation des métiers de transformation de l’ortie.

Et Le Slip Français envisage de l’utiliser pour ses sous-vêtements. Un avenir plein de promesses pour cette plante assise sur un lit de roses !

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …