adventa
©Ad-Venta
Industrie
par

Ad-Venta vaut de l’hydrogène en barre !

Dans la course mondiale à l’hydrogène, la France dispose d’un atout : une start-up drômoise qui simplifie et sécurise le stockage d’hydrogène embarqué. Un savoir-faire de niche, unique et primordial qui fait d’elle un déposant de brevets prolifique. Sa valorisation est aujourd’hui estimée à plus de trois millions d’euros. Rencontre avec Jean-Luc Mussot, son fondateur, et Yannick Brussetti, juriste et chargé d’affaires à l’INPI.

225fcc64-b743-4b59-b877-e9364d04c7a4.jpg

225fcc64-b743-4b59-b877-e9364d04c7a4.jpg, par AdminLetsGo

Comment est née Ad-Venta ? 
Jean-Luc Mussot : Un peu comme une évidence ! Ad-Venta était la suite logique de mon parcours. J’ai commencé comme jeune ingénieur à Marseille, à la Comex (NDLR : Compagnie maritime d’expertise). Une aventure formidable qui a duré 15 ans ! On ne parlait pas de start-up à l’époque, mais c’était tout comme. Henri-Germain Delauze, son fondateur, sur les traces du Commandant Cousteau, a fait de Comex le numéro 1 de la plongée industrielle profonde. Elle détient encore aujourd’hui les records mondiaux des plus grandes profondeurs atteintes par l’homme … grâce à l’hydrogène ! En tout cas, c’était de l’innovation permanente. J’étais jeune, ça m’a marqué. C’est là que j’ai été frappé par l’esprit d’innover et la volonté d’entreprendre.

En 2004, des chercheurs du CIRAD à Montpellier sont venus vers moi avec une problématique particulière ; ils souhaitaient augmenter la productivité de latex en injectant dans les hévéas un mélange de gaz à dose réduite, avec un débit très précis, pendant une durée de plus de 9 mois, le tout pour 1€ l’injection. Dans un premier temps, honnêtement, mon premier réflexe a été de leur dire d’aller voir Air Liquide, puis j’ai creusé, retourné la question dans tous les sens, sur les aspects techniques et économiques, et c’est là que nous avons créé LE détendeur qu’il fallait. Cela m’aura pris 6 mois ! On a déposé un brevet et Ad-Venta est née en fin 2005 sur cette base,  et nous nous sommes installés non loin de de Valence.

 

« Protéger, c’est créer de la valeur, une valeur qui se monétise à travers son business model. » Yannick Brussetti, INPI

 

Étant proche de Grenoble, où tout un écosystème autour de l’utilisation de l’hydrogène s’est créé avec le pôle de compétitivité Tenerrdis, nous nous sommes alors spécialisés dans l’utilisation de ce gaz, qui demande une expertise et un savoir-faire particulier. 
 

LE détendeur par lequel tout a commencé ! En quoi est-il une avancée technologique pour tout ce qui concerne l’hydrogène embarqué ?
 

J-L.M : L’hydrogène est un gaz qui intéresse de plus en plus les acteurs de la mobilité. Nous l’avons encore constaté, en avril dernier, lors du dernier salon international dédié à l’hydrogène qui se tient pendant la Foire d’Hanovre en avril.  

Encore faut-il rendre son utilisation la plus simple et sûre possible, ce qui est notre mission quotidienne, chez Ad-Venta ! Le stockage de l’hydrogène se fait sous haute pression or, lorsqu’il est délivré dans la pile à combustible, il doit être à très basse-pression. Comment passer de la haute-pression à la basse-pression en toute sécurité ? La force novatrice d’Ad-Venta est là : innover dans cette pièce, à la fois si petite et si essentielle, le détendeur. Par ailleurs, nous n’en sommes qu’au début de la recherche sur l’hydrogène embarqué, si bien qu’à l’heure actuelle, nous avons essentiellement comme clientèle la recherche publique, des start-up comme Hysilabs qui ont des idées mais qui ont besoin d’être soutenus dans leurs déploiements techniques, et maintenant quelques équipementiers qui veulent prendre le virage de l’hydrogène. Notre spécificité est que nous sommes une petite structure qui produit beaucoup de R&D, accompagnée de clients qui ont un cycle de développement long, sur un marché qui monte en puissance, mais qui en est encore à ses balbutiements ; clairement, il y a beaucoup d’innovation autour du stockage d’hydrogène ou autres générateurs, mais le timing entre l’offre et la demande de cette technologie n’est pas toujours idéal. Le terrain aurait pu être glissant et les revenus aléatoires, si nous n’avions pas fait du dépôt de brevet le cœur de notre business model.

 

« Nous sommes en innovation perpétuelle. C’est la condition sine qua non de notre existence. » Jean-Luc Mussot, Ad Venta

 

Yannick Brussetti : J’ai suivi Ad-Venta à différents stades. Petit à petit, Ad-Venta a professionnalisé son approche de la propriété industrielle et appris à en jouer stratégiquement, du dépôt de marques, au dépôt de brevets et à leur exploitation. Très vite, Jean-Luc a compris que protéger, c’est créer de la valeur, une valeur qui se monétise aujourd’hui à travers son business model.

 

Comment se rémunérer sur le dépôt de brevets ?
 

J-L.M: Au moment de construire notre modèle économique, nous avons décidé de rester concentrés sur ce que nous maîtrisons, l’innovation et le développement de produits innovants. Les usages et les différentes applications autour de l’hydrogène vont dans tous les sens et touchent de plus en plus de domaines différents.

Ainsi, pour la partie « nomade, embarquée », plutôt de l’ordre du B2C, nous avons donc décidé de ne pas nous engager dans des processus d’industrialisation et de commercialisation mais plutôt d’apporter nos solutions technologiques à nos clients : pour les utiliser, ils nous payent une licence d’exploitation. Si leur produit marche, nous percevons des royalties. S’il ne marche pas, il n’y a pas plus d’investissement de notre part, puisque nous avons déjà été rémunérés en amont sur la recherche de solutions.
Plus nous innovons, plus nous déposons de brevets et avons des licences d’exploitation à proposer. C’est un modèle qui convient à nos clients qui se lancent en B2C, dans les Consumer Electronics par exemple.


Pour nos clients en B2B – essentiellement dans la mobilité type voiture, camion, bus, drone, avion, par exemple – on fournit la solution et on se positionne également sur la fabrication et la vente. Nous nous structurons en filiales dédiées et cherchons des partenaires sectoriels pour renforcer cette offre. Là encore, nous nous dirigerons vers un modèle économique basé sur l’octroi de licences par filiale et par secteur. En B2B, comme en B2C, nous sommes en innovation perpétuelle. C’est la condition sine qua non de notre existence.

 

Y.B : La propriété intellectuelle et le brevet sont au cœur des préoccupations d’Ad-Venta. L’entreprise, à travers l’expérience de son dirigeant, ne partait pas d’une feuille blanche pour bâtir sa stratégie en la matière.
Les accompagnements INPI dont a pu bénéficier Ad Venta et notamment le suivi de la Master  Class Propriété Intellectuelle (NDLR : dispositif de formation du chef d’entreprise et de ses collaborateurs) ont permis de conforter certains choix qui avaient été faits en amont mais aussi de faire monter l’entreprise en compétences. Ils se sont perfectionnés dans l’utilisation des bases de données brevets comme outils de veille concurrentielle et technologique, la gestion des inventions de salariés comprenant l’intéressement financier des salariés-inventeurs – une démarche rare au sein d’une PME – la traçabilité de leur savoir-faire et des nouvelles connaissances (NDLR : dépôts d’enveloppe Soleau, cahier de laboratoire…) et la tenue de tableaux de suivis de leur portefeuille de marques et brevets. Ce qu’a bien intégré Ad Venta, c’est qu’au même titre que d’autres fonctions supports (marketing, finances, RH…), la propriété intellectuelle est un outil stratégique au service du développement de l’entreprise. Le dépôt de brevet ne doit donc pas être considéré comme un centre de coût ou une fin en soi, mais comme un investissement susceptible d’être rentabilisé et valorisé. Du fait de son utilisation stratégique de la propriété intellectuelle, Ad Venta a intégré la communauté des talents INPI, pour plus de visibilité, de réseau et d’expérience.

 


Article réalisé avec notre partenaire l'INPI. Pour en savoir plus, rendez-vous sur inpi.fr

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

 

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.