cce.jpg
Le 4 et 5 octobre dernier, le Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France organisait son rassemblement annuel et fêtait ses 120 ans (Crédits : CCE)
Industrie / Commerce
par

Alain Bentéjac : « La France a besoin de réinventer sa politique industrielle »

Vous lisezAlain Bentéjac : « La France a besoin de réinventer sa politique industrielle »
5 min

Alain Bentéjac est le président du comité national des conseillers du commerce extérieur de la France. À l’occasion des 120 ans de cette association, il offre son regard sur l’image de la France et de l’industrie française à l’étranger.

Quelle est, selon vous, l’image de la France à l’étranger ?

Alain Bentéjac : Globalement, l’image de la France à l’international est bonne. Ce qu’il faut travailler, c’est l’image de la France sur le plan industriel. Des campagnes comme la French Fab et des labels comme Industrie du Futur y concourent et c’est important. La France a une image de qualité, de sophistication, de créativité qui est encore trop réservée aux secteurs comme le  luxe  ou la  mode . Il faut faire passer cette image d’excellence française aux autres secteurs économiques. On est vu comme un acteur de premier rang, mais pour être considéré comme un pays d’excellence, il faut encore travailler notre compétitivité. Des pays comme l’Allemagne ou l’Italie véhiculent parfois une image de qualité supérieure dans certains domaines. Il faut faire attention à l’Asie, notamment le Japon ou la Corée du Sud qui ont une grande force industrielle et évidemment la Chine qui monte en gamme de façon spectaculaire, par exemple sur la  voiture  électrique.

 

Qu’est-ce qui pourrait améliorer la compétitivité de la France ?

A.B. : Il faut s’assurer que nos entreprises sont bien dans les conditions de compétitivité comparables à celles de ses principaux concurrents, notamment en matière de règles sociales, fiscales, administratives, etc. Il faut que, au moins dans la zone euro, les entreprises jouent à armes égales. Beaucoup a déjà été fait dans ces domaines, mais les autres pays évoluent rapidement. Je pense aussi que la France a besoin de réinventer sa politique industrielle. Dans les années 70-80, nous étions les champions de l’industrie. Il faut trouver des modalités pour créer une nouvelle politique industrielle adaptée au monde d’aujourd’hui. Et nous en avons les capacités avec notre maîtrise des nouvelles technologies. Il faut enfin travailler sur l’image de la France, comme le fait  Business France .

 

Quel est le rôle des conseillers du commerce extérieur ?

A.B. : Les conseillers du commerce extérieur (CCE), ce sont 4 200 dirigeants d’entreprises français, répartis dans plus de 130 pays. Ces femmes et ces hommes d’affaires partagent, bénévolement, leurs expériences du business à l’international d’une part avec les pouvoirs publics, d’autre part avec les entrepreneurs qui souhaitent s’implanter dans leur pays. Ils ont aussi pour mission de promouvoir l’ attractivité de la France  en valorisant les atouts de la France et en facilitant les décisions d’investissement sur notre territoire. Cette fonction a été créée il y a plus d’un siècle par un ministre du commerce extérieur qui, déjà, s’inquiétait du déséquilibre de notre balance commerciale. Et il a eu l’idée de demander l’avis des professionnels français qui sont déjà implantés à l’étranger.

 

Comment les CCE peuvent-ils renforcer le commerce international ?

A.B. : Nous souhaitons que la fonction de Conseiller du Commerce Extérieur soit mieux intégrée dans le dispositif de soutien à l’international. Notre volonté est d’intégrer l’offre des CCE dans la plateforme de solutions “Team France Export” mise en place par Business France, avec un produit et un échange avec l’entrepreneur. Par exemple, une entreprise est accompagnée par Business France pour faire des rencontres BtoB en Australie. Nous proposons que, lors de ce voyage, l’entreprise puisse rencontrer un ou deux CCE établis en Australie pour challenger son projet.

 

Quels sont les enjeux actuels du commerce international selon vous ?

A.B. :  Pour célébrer nos 120 ans, nous avons organisé un  grand événement  les 4 et 5 octobre autour de nombreuses personnalités avec pour thématique « Autre monde, nouvelle France ». Le monde change, la mondialisation est entrée dans une nouvelle phase. Comment les entreprises françaises peuvent-elles s’adapter à ce nouveau contexte et en tirer parti pour aller de l’avant ? Avec la digitalisation de l’industrie, les enjeux environnementaux etc. est-ce qu’on peut continuer à faire fabriquer les produits en Chine ? Est-ce qu’il est possible de relocaliser certaines activités en France ?

Nous sommes persuadés que les ETI et PME seront les grands moteurs de l’économie française de demain en gardant, en France, leur savoir-faire, la production, les talents, tout en vendant à l’international. Notre réseau de 4000 CCE dans le monde se joint à la Team France Export.


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Résumé

Quelle est, selon vous, l’image de la France à l’étranger ?

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.