Mieux que le Made in France, le Design by France !
Rayonnement

Mieux que le Made in France, le Design by France !

par

RayonnementMieux que le Made in France, le Design by France !

Directeur de l’école de design Nantes Atlantique, Christian Guellerin revient avec nous sur les enjeux culturels et sociétaux d’un design « français ».

Peut-on parler d’un design « à la française » ?

Christian Guellerin – Je suis personnellement dubitatif sur le concept « Made in France », qui me paraît spécieux et suranné à l’heure de la globalisation et des échanges internationaux. Je lui préfère celui de « Design by France », qui a trait à la dimension fortement culturelle du design. La culture et la création françaises ont une image forte à l’étranger et nous en bénéficions, en tant que designers, pour exporter et vendre nos produits. C’est un facteur de valeur ajoutée certain.

C’est pourquoi, si le monde se globalise, il convient de protéger les cultures, leur diversité, et leur capacité à s’enrichir l’une l’autre. Le pire qui pourrait nous arriver est de voir se former une culture universelle, et de devoir former des « designers universels » pour un « monde global ».

Il est important que chaque designer défende sa propre culture, et cela commence par la défense de sa langue. En l’occurrence, je dis à mes étudiants français combien il est important de parler l’anglais, parce que c’est la langue vernaculaire des affaires, mais que ce n’est pas elle qui leur permet de conceptualiser. Il est essentiel qu’ils maîtrisent parfaitement la langue française avec toutes ses nuances, sa richesse dialectique : c’est elle qui leur permettra d’aller plus loin dans la création, d’apporter leur différence aux sociétés du monde. Et je dirai la même chose à l’étudiant chinois : de ne pas perdre son chinois ; et à l’étudiant anglais de ne pas perdre son anglais !

 

"Partout dans le monde, être designer français, ça a du sens."

 

Quel type d’influence les designers français exercent-ils sur la scène mondiale ?

Ch. G. – Pour avoir beaucoup voyagé, je constate que dès qu’on passe la frontière, le designer français est sur l’estrade. Il bénéficie de toute l’histoire de la création française, de la Renaissance au Paris de Montparnasse, en passant par l’Impressionnisme et d’autres courants de l’époque où Paris était capitale culturelle du monde. Il bénéficie aussi de l’aura de très grandes enseignes liées à la mode : L’Oréal, Hermès, Vuitton, Chanel… Partout dans le monde, être designer français, ça a du sens.

Pour autant, est-ce qu’on est meilleurs ou mieux formés en France qu’ailleurs ? Il y a des étudiants intelligents et talentueux partout. Les deux designers qui demain vont « sauver la planète » habitent au Kazakhstan ou ailleurs dans une école parfaitement méconnue… Quand on me demande quels grands noms sont sortis de l’école de design Nantes Atlantique, je pourrais en donner cinq, dix ou plus… Mais peut-être le meilleur designer que nous ayons jamais formé est-il en réalité celui ou celle qui est allé insuffler sa culture de l’innovation dans une PME du fin fond de la Creuse, et ainsi a permis de sauver 30 emplois… Cette personne, on n’en parle jamais. Mais elle est peut-être plus importante que le « grand designer » reconnu internationalement.

Chargement …