philippe_darmayan_credit_photo_c_franck_dunouau.jpg
Philippe Darmayan, ex-Président de l'Alliance Industrie du Futur (AIF)- Crédit photo © Franck Dunouau
Industrie du Futur

Philippe Darmayan : « La France doit créer ses propres modèles d’industrie »

par

Industrie du Futur Philippe Darmayan : « La France doit créer ses propres modèles d’industrie »

Créée en juillet 2015 sous l’impulsion de l’État, l’Alliance Industrie du Futur (AIF) réunit professionnels de l’industrie, du numérique, de la recherche et des nouvelles technologies autour de l’ambition de faire de la France un leader du renouveau industriel mondial. Entretien avec son ex-président, Philippe Darmayan.

Quels sont les enjeux du passage à l’industrie du futur ?

Philippe Darmayan : Dire qu’il s’agit d’une « révolution » n’est pas employer un mot trop fort, dans la mesure où les outils numériques non seulement transforment les modes de production mais réinventent également les finalités et modèles économiques. Depuis l’introduction de capteurs dans les usines  il y a cinq ans, les choses évoluent à une vitesse considérable et impliquent une mobilisation sans faille de notre tissu industriel pour relever le défi du traitement des données.

 

Comment la France est-elle engagée dans cette transformation ?

P. D. : Il faut d’abord dire que la France est au rendez-vous du numérique, et n’a pris aucun retard par rapport à ses voisins en la matière. Deux axes stratégiques sont privilégiés. L’un, cohérent avec l’Allemagne, consiste à sensibiliser les chefs d’entreprises, pour accompagner et valoriser l’introduction des nouvelles technologies dans nos industries existantes afin de gagner en compétitivité, notamment par l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement ou la transformation du business model. Il s’agit par exemple, de permettre de passer de la déclinaison du produit à l’usine à un système de vente par lequel le client prescrit lui-même ce qu’il désire. Le deuxième axe est celui de la création d’une industrie française des nouvelles technologies. La France est une force d’innovation, elle peut et doit créer ses propres modèles d’industrie, grâce aux synergies entre start-up et grandes entreprises. L’AIF soutient le développement de l’offre française dans huit domaines clés, allant de la place de l’homme dans l’usine aux procédés avancés de production.

 

La France est une force d’innovation, elle peut et doit créer ses propres modèles d’industrie, grâce aux synergies entre start-up et grandes entreprises.

 

Certains secteurs industriels sont-ils plus prometteurs que d’autres ?

P. D. : Tous les secteurs sont dans la course. Le 4.0 représente un levier de changement qui s’impose à tous, c’est une opportunité à ne pas manquer. Et la France est très bien mobilisée. L’État est massivement engagé, avec la création du mouvement French Fab, le soutien de la BPI, la promotion de l’offre française à l’export en lien avec Business France. Les 12 régions métropolitaines se sont dotées d’un plan Industrie du Futur [Insérer lien vers article Grand Est] et nous ressentons une véritable prise de conscience  au niveau des entreprises de toute taille. Pour réussir, il nous faut veiller à assurer la concertation entre les acteurs de chaque branche et surtout, la mise à niveau de la formation professionnelle, un levier clé de notre action. Mais je suis confiant dans la dynamique actuelle !

 

Les 12 régions métropolitaines se sont dotées d’un plan Industrie du Futur et nous ressentons une véritable prise de conscience au niveau des entreprises de toute taille.

 


Qu’est-ce que l’AIF ?

L’Alliance Industrie du Futur, association loi 1901, rassemble 35 membres et met en mouvement les compétences et les énergies d’organisations professionnelles, d’acteurs scientifiques et académiques, d’entreprises et de collectivités territoriales, notamment les Régions, pour assurer, en particulier, le déploiement du plan Industrie du Futur. Elle organise et coordonne, au niveau national, les initiatives, projets et travaux tendant à la modernisation et à la transformation de l’industrie en France, notamment par l’apport du numérique. Elle s’appuie pour cela sur des groupes de travail dédiés. Son action est relayée en régions par des plateformes régionales, s’appuyant sur les réseaux des membres de l’Alliance, les collectivités pour accompagner les PME/ETI au plus près du terrain.


Chiffres clés :

35 membres contribuant aux travaux de l'AIF, au travers de plus de 250 personnes identifiées.

4.100 entreprises engagées dans une démarche Industrie du futur dont 31 sont labellisées Vitrines Industrie du Futur.

550 experts mobilisables par les régions pour l'accompagnement des PME vers l'Industrie du futur.


istock-831613904.jpg

istock-831613904.jpg, par AdminLetsGo

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

 

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …