Yves Gassot : « La French Tech a fait de la France l’un des pays les plus créatifs dans le numérique »
Télécom

Yves Gassot : « La French Tech a fait de la France l’un des pays les plus créatifs dans le numérique »

par

TélécomYves Gassot : « La French Tech a fait de la France l’un des pays les plus créatifs dans le numérique »

Entretien express avec Yves Gassot, directeur général d’IDATE DigiWorld, le think-tank de référence en France, dans le suivi des secteurs Télécom, Internet et Médias. 

22 Md€

C’est le montant investi par les opérateurs privés, les collectivités et l’Etat, dans le cadre du Plan Très Haut Débit. L’objectif est d’équiper d’une connexion Internet performante l’intégralité du territoire français d’ici à 2022. 

 A travers votre prisme Télécom-Internet-Medias, quels sont les points forts de la France numérique que vous observez aujourd'hui ?

Yves Gassot : Nous avons de solides atouts pour développer la France numérique. Je signalerai en premier lieu l’infrastructure et les services télécom français, le déploiement significatif du très haut débit mobile (4G) sur tout le territoire et la progression des accès en fibre. Les consommateurs français bénéficient globalement de tarifs très bas comparés aux Etats Unis et aux autres principaux pays européens. Le maintien à quatre opérateurs nationaux reste un sujet si l’on considère l’érosion continue des revenus du secteur au cours de la décennie passée et l’importance des investissements à mettre en œuvre. 
Côté audiovisuel, le secteur se caractérise par la multiplication des chaînes sous l’effet de la TNT et le très grands succès de l’offre triple-play associée aux offres broadband des opérateurs télécom. Les groupes de télévision doivent s’adapter aux nouvelles pratiques de streaming et de consommation de la vidéo tout en étant contraints par une réglementation limitant la maîtrise des droits sur les œuvres qu’ils financent.

Enfin, la French Tech a clairement stimulé l’esprit d’entreprise et fait de la France un des pays les plus créatifs dans les principaux domaines du numérique, avec des levées de fonds en nette progression.

 

Et pour demain, quelle est la France numérique que l'IDATE imagine ?

Y.G : L’avenir numérique de la France se joue au niveau européen. C’est indispensable pour mutualiser les efforts dans le domaine de la R&D et de la normalisation. On peut penser à la 5G, mais aussi à l’IoT. Les politiques des marchés uniques visant à bénéficier d’un effet d’échelle peuvent aussi constituer de puissants leviers pour les secteurs des télécommunications, du cloud, ou des contenus. Malheureusement, elles sont tributaires de la dynamique européenne plutôt mal en point.

Mais au-delà de cela, nous considérons à l’IDATE que la grande chance de la France et de l’Europe pour s’imposer dans la révolution numérique, réside dans une nouvelle vague de transformation digitale qui s’engage dans toutes les industries verticales (finance, santé, automobile, énergie, etc.). Nous sommes en train de passer d’une vague d’innovations autrefois très B2C, très centrée sur l’irruption du smartphone et de l’Internet mobile, à une transformation plus B2B ou B2B2C, par la combinaison des investissements dans le mobile, l’IoT, le cloud, le big data et le deep learning*. Un puzzle assez complexe à mettre en place mais qui devrait permettre à la France de dépasser les barrières des positions acquises par les grandes plates-formes, Gafa et autres, qui dominent l’entertainment et les réseaux sociaux. Il faut bien garder en tête que nous ne sommes qu’à l’aube de la transformation numérique. Pour finir j’ajouterai que l’importance de ces transformations nécessitent un pilotage politique qui non seulement soutient l’innovation à tous les niveaux, l’éducation et la culture scientifique, mais aussi se soucie de ceux qui paraissent abandonnés sur le bord de la route et développe la confiance dans l’usage du numérique.

Propos recueillis par Gad Azuelos associé PwC Strategy&, responsable pour PwC France du secteur des Technologies-Media-Télécommunications

*Le deep learning est le stade en cours de développement de l’intelligence artificielle et de l’informatique cognitive. Très schématiquement, des algorithmes de machine learning sont mis en œuvre, permettant aux ordinateurs de reproduire des process cognitifs par mimétisme. C’est ainsi que l’on peut envisager des voitures connectées et autonomes dont la fiabilité est assurée par un apprentissage permanent. 

Chargement …