screen_shot_2019-04-29_at_10.04.02_am.png
Kiev, Ukraine, le 23 mai 2018 - Wendie Renard de l'Olympique Lyonnais assiste à une séance d'entraînement avant la finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2018 contre le VfL Wolfsburg. ©katatonia82 / Shutterstock.com
Football féminin
par

Ballon rond : honneur aux dames et chapeau aux Lyonnaises !

Vous lisezBallon rond : honneur aux dames et chapeau aux Lyonnaises !
4 min

Longtemps, le football féminin a fait l’objet d’une indifférence moqueuse et dédaigneuse. Tant de stéréotypes et d’idées reçues empêchaient de l’apprécier à la juste et excellente mesure ! Mais les temps changent et il suscite aujourd’hui respect et intérêt croissants. A quelques semaines du début en France de la Coupe du Monde, et alors que Stéphanie Frappart va devenir la première femme arbitre à diriger une rencontre de Ligue 1 ce dimanche, pleins feux sur cette discipline en plein essor.

Le ballon d’or attribué fin 2018 à une star d’un club français, le PSG étrillé mi-avril par l’OL, ou encore l’annonce officielle, dans quelques jours, de la composition de l’équipe de France pour la Coupe du Monde ? Non, vous ne rêvez pas. Aucune trace non plus de « fake news » sous les crampons. Changez juste de logiciel – et en matière sportive, nos logiciels sont parfois diablement biaisés – et transportez-vous dans l’univers féminin du ballon rond.

 

Bienvenue dans cette galaxie où le jeu est superbe et fair-play, pas entaché par l’argent fou et les scandales, médiatiquement discret mais brillant sur les pelouses. Une sorte de paradis vert pour les amateurs du ballon rond à l’état pur. Performances maximales sans caprices, et exploits tricolores à gogo. On en redemande !

 

L’OL, la « dream team » qui a mis l’Europe à ses pieds  

Un indice sûr de l’engouement pour le football féminin : l’augmentation sans précédent du nombre des licenciées. 20 % de hausse depuis 2011 ! Pas encore un raz-de-marée mais un spectaculaire bond en avant voire un début de remontada face au foot masculin même si l’écart demeure immense (165.000 licenciées contre 2 millions).

Ce sont les Lyonnaises qui symbolisent au plus haut point cette réussite. Quintuples championnes d’Europe et triples tenantes du titre, elles viennent de s’imposer face à Chelsea en demi-finale aller de la Ligue des Champion(ne)s. 4e titre de suite en perspective ?

L’OL, club le plus capé de l’UEFA, a été - et de loin - le plus représenté parmi les nominées du premier Ballon d'Or Féminin, remis fin 2018, avec pas moins de 7 joueuses (dont 3 Françaises) sur les 15 joueuses nommées. La couronne a été décernée à Ada Hegerberg. Une Norvégienne, certes, mais surtout l’attaquante vedette de l’OL.

C’est aussi grâce à cette joueuse exceptionnelle sous contrat jusqu’en 2021 avec le club de la capitale des Gaules que les Lyonnaises ont surclassé le 13 avril dernier leurs adversaires du PSG devant 25.000 spectateurs. Un record sur le sol français pour un match féminin. Du même coup, c’est un 13e titre dans le championnat français qui se profile à l’horizon, signe d’une domination nationale écrasante. Olé !

 

Encore du terrain à parcourir

Malgré les avancées, il reste bien du chemin pour combler le fossé – économique, médiatique ou culturel – entre le foot féminin et son homologue masculin. D’où le lancement en octobre 2018 de la  Stratégie pour le football féminin de la FIFA . Objectif ? « Faire du football un sport universel et promouvoir l’égalité des sexes », explique la Fédération internationale. Une ambition planétaire qui passe notamment par l’augmentation du nombre de femmes impliquées dans le football, sur les terrains comme en dehors. « L’objectif avoué est d’atteindre 60 millions de joueuses d’ici 2026 ». Mais aussi par le développement de nouvelles sources de revenus autour des compétitions féminines. Ou par une présence accrue des femmes aux postes de responsabilité dans les clubs et les instances, un levier essentiel pour « contribuer à moderniser la direction du football. »

 

En route pour la Coupe

La France accueillera la Coupe du Monde féminine du 7 juin au 7 juillet. C’est la première fois que cette compétition créée en 1991 se déroulera au pays de Jules Rimet. 9 métropoles ont été choisies pour abriter les matchs : Paris (parc des Princes), Lyon, Nice, Montpellier, Rennes, Valenciennes, Reims, Grenoble, Le Havre.

La composition de l'équipe tricolore sera dévoilée le 2 mai. Une équipe de choc entraînée par la sélectionneuse Corinne Diacre, première femme à avoir obtenu le brevet d'entraîneur de football professionnel.

Puisse la nation tout entière se rassembler derrière les vingt-trois heureuses élues prêtes à conquérir le Graal, comme elle l’a fait l’an dernier pour les garçons.  Allez les Bleues, droit aux buts ! 

 


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

 

 

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.