shutterstock_1031333737.jpg
Football
par

Coupe du Monde de football : une victoire française quel que soit le verdict du terrain !

Vous lisezCoupe du Monde de football : une victoire française quel que soit le verdict du terrain !
3 min

A l’heure où les consultants sportifs de LetsgoFrance publient ces lignes, la finale entre la France et la Croatie n’a pas encore été jouée. Mais quel qu’en soit le résultat, on pourra parler d’une victoire française. Car cette compétition vieille de près de 90 ans est l’œuvre d’un Français visionnaire, Jules Rimet.

De notre correspondant à Moscou – 

 

Ici, au stade Loujniki, à quelques heures du coup d’envoi, rares sont ceux qui savent que la Coupe du Monde a été inventée par un compatriote de Raymond Kopa et de Zinedine Zidane. Or, si le gratin mondial du ballon rond se rassemble tous les quatre ans dans un pays différent, c’est à lui qu’on le doit. Certains supporters tricolores ont entendu parler de Jules Rimet mais ils semblent beaucoup plus calés sur la bande à Didier. 

Le football ? D’aucuns disent que c’est l’enfant d’Albion et un sport résolument Made in England. Pour ses règles et son vocabulaire, sans aucun doute. Mais beaucoup moins pour son histoire et sa légende planétaire (sans parler de son palmarès). Grâce notamment à Jules Rimet (1873-1956). 

Cet homme de bonne volonté, passionné de sport, fut très marqué par la Première Guerre Mondiale. Il eut un rêve : que « par le football, les hommes puissent se rencontrer en toute confiance sans haine dans leurs cœurs et sans insultes sur leurs lèvres ». Formidable programme ! 

En 1919, après le coup de sifflet final de la guerre, Rimet prend la tête de la Fédération Française de Football. Deux ans plus tard, il est élu à la présidence de la FIFA, qu’il dirigera, en artiste des prolongations, durant … 33 ans ! 

Ces éminentes responsabilités lui permirent de donner forme à son rêve d’organiser une compétition ouverte à toutes les nations du football, dont la première édition aura lieu en 1930 en Uruguay. Le trophée créé pour cette compétition appelée à un brillant avenir était également l’œuvre d’un Français, le sculpteur et médailliste Abel Lafleur. (Le trophée actuel, créé pour l’édition 1974, fut conçu par un Italien, Silvio Gazzaniga). 

Alors ce dimanche, quoi qu’il arrive sur le terrain, le drapeau tricolore pourra faire valoir ses droits. De Jules à Didier, de Raymond à Antoine, de Zinedine à Kylian, un même combat : celui d’une France qui gagne et qui compte dans l’univers du sport. Une France compétitive, ouverte et généreuse. Visionnaire aussi à sa manière. Allez les Bleus !

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Résumé

De notre correspondant à Moscou – 

 

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.