De Nantes à Shanghai, apprendre à construire demain
Grand Eléphant de Nantes, en août 2016
Design

De Nantes à Shanghai, apprendre à construire demain

par

DesignDe Nantes à Shanghai, apprendre à construire demain

En quinze ans, l’école de design Nantes Atlantique est devenue l’un des établissements les plus emblématiques de France dans son secteur. Rencontre avec son directeur, Christian Guellerin.

Vous êtes passé de 60 à 1 300 étudiants depuis 2001. Quelle est la recette de votre succès ?

Christian Guellerin : D’abord, nous avons su négocier le tournant de la professionnalisation des études, en formant certes des créatifs mais surtout des professionnels de la création, qui peuvent vivre de leur passion, une fois obtenu leur diplôme. Pour cela, nous avons multiplié les échanges avec les entreprises et les acteurs du secteur. Cette approche n’avait rien d’évident pour les écoles françaises de design il y a quinze ans.

Ensuite, l’école de design de Nantes Atlantique a su imposer le design comme une discipline de management. Aujourd’hui, un designer doit savoir mettre autour de la table ingénieurs, marketeurs, philosophes, sociologues, artistes, etc. afin de travailler à la représentation des usages de demain puis à leur application dans des produits, des emballages, des outils interactifs, des aménagements… Face à des changements de contexte radicaux – une révolution des paradigmes industriels et marketing, une multiplication des problématiques écologiques, sociologiques… et même alimentaires –, la société et les entreprises ont besoin de personnes qui puissent prévoir et dessiner l’avenir, et par là-même le rendre moins anxiogène.

C’est ce que proposent les designers que forment nos écoles en France. Et je peux dire, pour avoir affaire à eux chaque matin, combien je suis épaté par le talent de ces étudiants qui s’approprient, avec des références et des outils totalement nouveaux, un monde qui échappe aux gens de ma génération. C’est tout à fait enthousiasmant !

 

Quelles sont les interactions de l’école avec le territoire nantais ?

Ch. G. : Je crois beaucoup à cette phrase de Pierre-Jakez Hélias qui dit : « Avant de devenir quelqu’un, on vient de quelque part. » L’ancrage territorial de l’école de design Nantes Atlantique est fort et a du sens. Autour d’elle, nous avons réuni tout un écosystème : la région, qui finance un centre de formation et d’apprentis et permet à de nombreuses PME de s’intéresser au design ; la métropole, qui peut s’appuyer sur notre chaire Innovation publique ou encore nos programmes de master Design et interculturalité à Shanghai, Delhi et São Paulo pour rayonner à l’international ; le département ; la chambre de commerce ; le port autonome de Nantes ; l’université… Notre école est un levier clé de développement du territoire.

 

Chargement …