Energy Observer : un pavillon français au service du futur
Transition énergétique

Energy Observer : un pavillon français au service du futur

par

Transition énergétiqueEnergy Observer : un pavillon français au service du futur

Au printemps sera lancé à Saint-Malo un bateau totalement propre et autonome en énergie : Energy Observer. Cette première mondiale made in France vise à promouvoir à travers le globe les solutions énergétiques qui s’offrent à nous pour demain.

« Faire collaborer les énergies de la nature, mais aussi de notre société », en réunissant autour d’un bateau « les savoir-faire des entreprises, des laboratoires, des start-ups et des institutions » : telle est l’ambition à la fois humaine et technologique de trois natifs de Bretagne, trois passionnés de la mer qui ont développé le premier navire au monde propulsé aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, produit à partir d’eau de mer.

Coureurs au large pour les premiers, scaphandrier et auteur réalisateur de documentaires pour le troisième, Frédéric Dahirel, Victorien Erussard et Jérôme Delafosse entendent faire de leur bateau un véritable Solar Impulse des mers, un démonstrateur flottant des technologies du futur.

Renouant avec leurs grands ancêtres aventuriers et corsaires, deux des Malouins prendront le large cet été, après une phase de tests au printemps, pour une expédition de six ans autour du monde – à raison de 101 escales dans 50 pays. Une expédition d’un nouveau  genre car ici, il ne s’agit pas d’aller conquérir des territoires et de s’en approprier les richesses. « Avec Energy Observer, nous voulons explorer pour découvrir et partager les solutions pour un futur plus propre », explique Jérôme Delafosse.

 

« Avec Energy Observer, nous voulons explorer pour découvrir et partager les solutions pour un futur plus propre »

 

De Chambéry à Saint-Malo, tous mobilisés !

Pour convertir l’ancien catamaran de course en laboratoire expérimental, près de 50 personnes – navigateurs architectes navals, ingénieurs, designers, start-ups et artisans – œuvrent actuellement « nuit et jour » à travers la France, de Saint-Malo, lieu de construction du navire, à Chambéry où officie l’INES, en passant par Nantes pour l’ICAM, La Teste de Buch où travaille Yves Parlier, créateur de Beyond the sea®, ou encore Grenoble pour le CEA-Liten.

Leur défi : viser l’autonomie en couplant aux énergies renouvelables – éolien, solaire –  une chaîne de production d’hydrogène complète, avec une empreinte carbone nulle, sans émettre une seule particule fine et sans renoncer au meilleur des conforts à bord. « L’écologie ne doit pas être perçue comme un renoncement, nous voulons donner envie, faire rêver et prouver que nous pouvons être propres et performants, grâce à l’innovation », assure Victorien Erussard.

Une bonne dose d’ingéniosité et de créativité, la même quantité de responsabilité sociale et environnementale, saupoudrées d’une pincée d’esthétisme et d’une autre d’universalisme : ne serait-ce pas cela, la recette de l’esprit français ?

 

Chargement …