fragonard
© Laborant / Shutterstock.com
Parfumerie

Fragonard, des moments de Grasse et des senteurs inoubliables

par

Parfumerie Fragonard, des moments de Grasse et des senteurs inoubliables

Depuis près d’un siècle, les parfums Fragonard charment les sens des amateurs d’effluves. Retour sur une saga familiale chargée d’arômes subtils et placée sous le signe d’un maître du bon goût français.

Un entrepreneur qui avait du nez

C’est à Grasse, ville natale du peintre Fragonard, qu’a vu le jour en 1926 la parfumerie qui porte son nom. Fondée non par des descendants de l’auteur du « Verrou », de la « Liseuse » ou du « Baiser à la dérobée », mais par un ancien notaire parisien, Eugène Fuchs.

Cet entrepreneur visionnaire s’installa dans l’une des plus anciennes fabriques de la ville et la baptisa donc – à tout parfumeur, tout honneur – en hommage à l’artiste, qui était le fils d'un maître gantier parfumeur à la cour. Fuchs, pionnier à l’odorat aiguisé pour le business, misa sur un concept révolutionnaire : la vente directe de parfums et de produits cosmétiques aux touristes de la Riviera. Bingo.

Ses fragrances ont conquis le monde. « Billet doux », « Moment volé »,  « Belle de nuit », « Reine des cœurs », « Beau gosse », « Suivez-moi », parmi d’autres flacons « qui se souviennent d’où surgit une âme qui revient » (Baudelaire), disent la magie complexe et subtilement érotique de l’art du parfum. Elles incarnent à leur façon le raffinement des arts du XVIIIe siècle et une certaine idée de la galanterie française.

 

Femmes à la barre

L’esprit voulu par Eugène Fuchs souffle toujours sur cette entreprise familiale totalement indépendante. Il guide son développement autour de ses unités de production et de vente situées à Grasse, Eze et Paris, comme de ses boutiques-musées très réputées, vitrines de l’art du parfum où l’on peut s’approvisionner en flacons mais aussi en produits de soin, bougies, foulards, coussins et autres objets de décoration.

Le personnel compte 80 % de femmes et la PME qui réalise près de 60 millions d’euros par an est dirigée par trois soeurs, Anne, Agnès et Françoise Costa, arrière-petites-filles du fondateur. Elles s’attachent à adapter l’offre à de nouveaux modes de vie et à faire vivre autour de nouvelles créations un univers raffiné inspiré de la Provence ou teinté d'exotisme.

 

« Parfums d’interdit »

Mais - foin de l’encens et des arômes sages -, Fragonard sait aussi honorer de plus coquines fragrances.

C’est ainsi que se tient jusqu’à la fin du mois de septembre au musée de peinture privé de l’entreprise, à Grasse, une exposition intitulée « Parfums d’interdit », faite d’une trentaine de tableaux délicatement licencieux, composés pour la plupart juste avant la Révolution française. Signés de Fragonard mais pas seulement.

Une façon de rappeler que le libertinage, le marivaudage et le « fragonardage » (un néologisme qui s’impose ici) sont consubstantiels à l’histoire des arts en France et à l’art d’aimer au pays de Molière et de Boucher. Une French Touch parfumée, créative et audacieuse. Merci Fragonard !


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.