letsgofrance_fetedelamusique.jpg
Culture

La Fête de la Musique, une invention française

par

CultureLa Fête de la Musique, une invention française

35 ans après sa création, la Fête de la Musique est devenue un événement mondial autant qu’un phénomène de société. Retour sur une invention française.

Pendant des siècles, le jour le plus long de l’année a vu toute une partie du monde se couvrir de grandes flambées célébrant le solstice d’été, dans leur version antique, et la Saint-Jean dans leur version christianisée. Depuis 1982, c’est la musique sous toutes ses formes qui, le 21 juin, met le feu dans les villes et villages de France et d’ailleurs.

 

Faites de la musique !

Rassembler les Français autour d’« une libération sonore, une ivresse, un vertige qui [soient] plus authentiques, plus intimes, plus éloquents que l’art » ; faire que la musique soit « partout et le concert nulle part » : c’est ce vœu de démocratisation culturelle, formulé en 1982 par un jeune ministre de la Culture, Jack Lang, et par son collaborateur Maurice Fleuret, qui préside à la création d’un des événements musicaux les plus universels du monde contemporain.

Une enquête vient alors de révéler que 5 millions de Français, dont un jeune sur deux, jouent d’un instrument de musique alors qu’une minorité seulement profite des manifestations musicales organisées dans l’Hexagone. Qu’à cela ne tienne ! Le ministère imagine un grand événement populaire, gratuit, qui permette à tous les musiciens de s’exprimer et à toutes les musiques de se rencontrer, sans hiérarchie de genres ni d’origine, à travers les rues, les squares, les gares, les kiosques, voire depuis sa fenêtre ou du pas de sa porte.

La première édition de la Fête de la Musique est organisée en trois semaines, sans savoir si les Français répondront à l’appel. « Le 21 juin 1982 a été le plus grand trac de ma vie », aime aujourd’hui à plaisanter Jack Lang. Mais le résultat dépasse toutes ses espérances : près d’un million de Français investissent l’espace public et des milliers d’initiatives ont lieu sur le territoire.

 

Make music – Praznik Muzike!

L’écho est même international. « Le lendemain de la première Fête de la musique, j’ai accompagné [François Mitterrand] en Espagne, raconte Jack Lang. Nous avons été reçus par le roi Juan Carlos, qui nous a parlé de cet événement qui venait juste de naître. Comme quoi la Fête avait déjà franchi les frontières ».

Depuis, cette célébration annuelle de la musique vivante a conquis plus de 120 pays et 340 villes des cinq continents. S’adaptant aux spécificités culturelles régionales, la « Fiesta de la música » fait l’objet depuis 1997 d’une charte européenne et est devenue un événement national au Luxembourg, en Italie, en Grèce, au Pérou, en Équateur ou encore en Colombie.

Cet engouement planétaire doit beaucoup au dynamisme du réseau culturel français à l’étranger. « La programmation, choisie avec soin, fait la part belle aux artistes locaux, même si des musiciens français se joignent parfois aux manifestations », explique Laurence Lalatonne, chargée des dossiers culturels à la Fondation Alliance française. Une belle façon de participer au rayonnement de la France et de la francophonie dans le monde, autant qu’à la mixité des cultures et à l’adoucissement des mœurs.

 

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …