mel1910_visuel_restos_du_coeur_taille_l_470325461.jpg
Dossier anti-gaspillage

Lutter contre le gaspillage pour lutter contre l’exclusion

par

Dossier anti-gaspillageLutter contre le gaspillage pour lutter contre l’exclusion

Depuis plus de trente ans, les Restos du Cœur luttent contre l’exclusion sociale et pour plus de solidarité. L’association participe aussi activement à la lutte anti-gaspillage. En témoigne le slogan de leur campagne hivernale 2016 de collecte de denrées : « Lutter contre le gaspillage alimentaire sans mettre en danger la sécurité alimentaire. »

Plus de 2110 centres, répartis sur toute la France, accueillent chaque année près d’un million de personnes. En 2016, l’association créée par Coluche a ainsi distribué 132,5 millions de repas. Si tout le monde connaît l’engagement des bénévoles pour aider les plus démunis, on sait moins que depuis 1985 les Restos du Cœur militent activement au quotidien pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

 

« La récupération des invendus alimentaires n’est pas une activité nouvelle pour nous. Nous récupérons plus de 20 000 tonnes de produits chaque année. Mais au-delà de la lutte contre le gaspillage, c’est tout un projet d’aide alimentaire que nous défendons et que nos bénévoles portent au quotidien. » Patrice Blanc, président des Restos du Cœur

 

Toujours mieux et toujours plus

mel1910_logo-restos-du-coeur.jpg

mel1910_logo-restos-du-coeur.jpg, par AdminLetsGo

La 32e campagne de collecte, lancée l’hiver 2016, avait d’ailleurs pour slogan « Lutter contre le gaspillage alimentaire sans mettre en danger la sécurité alimentaire. » Grâce à l’instauration de la loi Garot, les grandes surfaces de plus de 400 m² ont, depuis février 2017, l’obligation de faire don de leurs invendus à des associations d’aide alimentaire habilitées. Une mesure qui permet aux Restos du Cœur de compléter sa gamme de produits. « Cela étant, nous devons respecter les règles sanitaires. Il n’est pas question de redistribuer n’importe quoi », précise Patrice Blanc. Pas question non plus que sous couvert de dons les grandes enseignes voient dans les associations de simples filières d’écoulement de produits périmés.

 

« Nous devons tirer parti des opportunités que peut offrir la loi Garot pour faciliter le don alimentaire, l’augmenter en volume et l’améliorer en qualité. » Patrice Blanc, président des Restos du Cœur

 

Associer les filières agricoles et d’élevage

Alors que la prochaine campagne nationale de collecte va démarrer le 21 novembre 2017, les Restos du Cœur anticipent déjà une hausse des demandes d’aide de la part des plus démunis.

 

« Les Restos du Cœur mènent depuis longtemps des expérimentations pour que toutes les filières agricoles puissent donner leurs invendus. L’élargissement est désormais très attendu sur les filières viandes et nous attendons un signal de l’exécutif sur le sujet. » Patrice Blanc

 

À l’heure des États généraux de l’alimentation, auxquels les Restos du Cœur participent activement, les associations attendent des réponses ambitieuses des pouvoirs publics.

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …