Pepper, la révolution robotique made in France
Innovation

Pepper, la révolution robotique made in France

par

InnovationPepper, la révolution robotique made in France

Il mesure 1,20 m, est tout de blanc vêtu, a le visage bonhomme, s’adresse à vous sur un ton familier et s’excuse lorsqu’il ne comprend pas : « Pardon, je suis un peu tête en l’air… »

Après les supermarchés Carrefour et les magasins de cosmétique Sephora, trois gares SNCF des Pays-de-la-Loire accueillent depuis décembre 2015 un robot humanoïde interactif nommé Pepper. Une première mondiale dans les transports.

Lancé triomphalement en 2015 auprès du grand public japonais – un millier d’unités achetées en moins d’une minute à l’ouverture des ventes en ligne ! –, ce concentré de technologie inventé par une société parisienne, Softbank Robotics, est le premier robot de compagnie au monde capable de reconnaître les principales émotions, de tenir compte de son environnement et de réagir de façon proactive en fonction de celui-ci.

Expérimenté durant trois mois dans les gares TER de Nort-sur-Erdre, Les Sables d’Olonne et Saumur, l’humanoïde aux yeux ronds n’a pas vocation à remplacer les bornes de vente ni les agents SNCF. Il joue surtout un rôle d’accueil, d’information et d’orientation des voyageurs, ainsi que d’animation en gare – que ne ferait-on pas pour faire patienter les usagers en cas d’attente ou d’affluence au guichet ?

La robotique de service, des robots intelligents à usage humain !

Pepper n’a pourtant rien d’un gadget. Au Japon, il crée une véritable relation, d’utilité reconnue, avec les malades d’Alzeimer ou les enfants autistes. À l’automne 2016, le robot, équipé d’une application de traduction multilingue en temps réel, jouera les interprètes auprès des clients étrangers dans certains magasins nippons. On mesure les perspectives qu’offre une telle invention pour la société de demain. 

Elle témoigne aussi d’une position clé qu’a su prendre la France au sein du marché de la robotique. Si Softbank Robotics, devenu en dix ans le leader mondial des robots humanoïdes, est désormais passé sous pavillon japonais (preuve de l’attractivité du savoir-faire français en la matière), l’entreprise est le porte-flambeau d’un écosystème français internationalement réputé : celui de la robotique de service, en particulier pour l’aide à l’autonomie des personnes.

Le France accuse peut-être encore un certain retard dans la robotique industrielle, mais le 4e exportateur mondial de services peut se prévaloir de 60 laboratoires spécialisés dans le premier secteur, occupant même le 3e rang mondial en matière de publications scientifiques ( Selon le plan « France Robots Initiatives »). Désireux de surfer sur cette dynamique, notre pays entend compter parmi les cinq nations leader de la robotique dans le monde d’ici à l’horizon 2020.

Alors qui a dit que la France avait raté le tournant de la robotisation ? 

 

En savoir +

https://www.ald.softbankrobotics.com/fr 

Abonnez-vous à notre newsletter :

Chargement …