Camif
RSE

Camif : le pari du Made in France

par

RSECamif : le pari du Made in France

En moins d’une décennie, Émery Jacquillat, PDG de Camif Matelsom, a réussi un double exploit : redresser une entreprise mythique en faillite et en faire le porte-drapeau d’un nouveau modèle économique pour la France. Retour sur une recette gagnante.

Camif Emery Jacquillat

Camif Emery Jacquillat, par AdminLetsGo

On entend souvent dire qu’en France, faire du local coûte trop cher. Que répondez-vous à ces esprits chagrins ?

Émery Jacquillat – Je ne suis pas d’accord ! Il faut arrêter de regarder le prix de référence comme étant le prix le plus bas : celui-ci, en réalité, est énorme en termes social et environnemental ; il est aussi faussé parce que les produits concernés, de mauvaise qualité, doivent être renouvelés plus souvent.

D’autant que fabriquer localement ne coûte pas nécessairement plus cher. Parmi les 150 fabricants français avec lesquels travaille la Camif, grâce auxquels nous réalisons 73 % de notre chiffre d’affaires, ceux qui ont investi dans des machines et hyper optimisé leur chaîne de production sortent des prix tout à fait compétitifs par rapport aux Chinois. À côté, d’autres ont préféré miser sur la création de valeur ajoutée, sur la différenciation par la qualité et le design : ils sont certes plus chers, mais le consommateur le leur rend bien car il sait pourquoi.

On ne saurait ignorer le mouvement de fond qui se lève chez les consommateurs à travers le monde : de plus en plus de personnes, et pas forcément ceux qui ont plus de moyens, cherchent à redonner du sens à leurs achats, à revenir à des produits de meilleure qualité et fabriqués localement, et pour cela sont prêts à payer plus cher. Nous le constatons chaque année lors de notre « Tour du made in France ».

 

En quoi ce pari du made in France a-t-il permis à la Camif d’effectuer sa relance spectaculaire ?

É. J. – C’est ce qui nous a permis d’abord de retrouver la confiance de nos parties prenantes : nos clients historiques, des enseignants à la sensibilité écologique prononcée ; nos collaborateurs et nos fournisseurs, auxquels nous proposions  un formidable levier de réengagement ; la région Poitou-Charentes enfin, qui a soutenu financièrement notre plan de reprise pour son impact positif en termes d’emploi.

Et c’est ce qui constitue aujourd’hui le cœur de mission de la Camif, sa raison d’être. Tout le défi du made in France est de pérenniser la présence des fabricants locaux sur le territoire. Or pour cela, il ne suffit pas de leur passer commande ; il faut aussi bousculer leurs méthodes d’innovation, pour les emmener avec nous dans l’invention de nouveaux modèles de consommation, de production et d’organisation au bénéfice de l’Homme et de la planète. Les nouvelles collections Camif qui sortiront en mai 2018 ont ainsi été co-créées lors d’un « Camifathon » où, pendant trois jours, nous avons fait collaborer fabricants français et spécialistes de l’économie circulaire et des éco-matériaux, designers et consommateurs. Je suis convaincu que c’est en mobilisant notre écosystème sur tous les fronts que nous changerons le monde de l’intérieur.

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Abonnez-vous à notre newsletter :
Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …