61705639_2137369486372817_2674551872672497664_o.jpg
©CAPSA Container
Industrie
par

CAPSA Container : Les containers tout-terrain d’une pépite française

Vous lisezCAPSA Container : Les containers tout-terrain d’une pépite française
4 min

Avec des containers maritimes reconvertis pour toutes sortes d’usages, l’entreprise CAPSA Container navigue entre l’industrie traditionnelle, l’évènementiel et l’innovation technologique au rythme d’une croissance fulgurante. Son co-fondateur Félix Baezner nous raconte cette épopée qui fête ses six ans.

Comment est née l’idée de miser sur des containers maritimes ?

Félix Baezner : Guillaume Boissière, et moi-même, dirigeons actuellement Capsa. Nous nous sommes retrouvés autour du projet à l’origine imaginé par Cédric Denoyel. Celui-ci nous a séduit avec l’idée de mobiliser des valeurs industrielles pour innover et créer de nouveaux usages, y compris dans le domaine de l’art et de l’évènementiel, dans un marché à l’époque totalement balbutiant. L’élan industriel que l’on connaît aujourd’hui avec la French Fab n’existait pas encore, on avait donc le sentiment d’un vrai challenge, très excitant, et qui le demeure aujourd’hui !

 

Vous ne cessez de croiser les métiers avec agilité, en comptant Chanel mais aussi Accor, Devialet, ou les plus grands groupes de BTP parmi vos clients et partenaires. C’était votre plan dès le départ ?

F.B : Oui ! Nous sommes partis avec une mentalité de défricheurs, et nous nous sommes retrouvés à un carrefour d’innovations. Nous avons tout de suite avancé sur quatre métiers : d’abord la construction, qui est devenue notre étendard, car nous croyons au potentiel immense du modulaire. Ce marché a longtemps été galvaudé par son association à la cabane de chantier mais il s’agit au contraire d’un environnement de solutions qui répond à des besoins réels, avec un impact carbone réduit et une logique de bâtiment responsable de bout en bout. Ensuite l’événementiel à destination de marques, où l’on joue sur l’éphémère et la mobilité avec une très forte valeur ajoutée ;  puis l’industrie, où l’on cherche à dépasser les frontières de la préparation classique pour développer notre technicité  dans l’assemblage et l’intégration ; et enfin le trading.

 

Capsa reste attaché à son port de Meyzieu, à proximité de Lyon. Un atout dans votre développement ?

F. B. : L’écosystème local est notre premier carburant. Nous bénéficions de la bienveillance et du dynamisme du tissu industriel de la Métropole, de la Région, et de la ville de Meyzieu. Nous sommes sollicités dans la réflexion publique sur l’industrie et nous proposons des solutions en retour, avec par exemple notre dernier projet qui consiste à construire 2000 m2 de bureaux pour une collectivité locale. La CCI et la Métropole de Lyon nous ont aussi labellisés Pépites et nous ont accompagnés à ce titre pendant deux ans.

 

Plus généralement, comment vous sentez-vous en France après 6 ans d’activité ?

F. B. : Entre le tissu régional et les instances nationales, on se sent vraiment chanceux. Que ce soit avec la BPI, avec qui nous participons au French Fab Tour prévu cet été, ou avec la proximité de grands groupes, Michelin, Renault, les laboratoires pharmaceutiques… impressionnants de solidité, et qui travaillent de plus en plus avec des start-up, il se passe en ce moment quelque chose de très fort dans l’industrie française, mais qui coule de source : la France a des talents immenses et complémentaires qui n’attendaient que de se rencontrer.


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.