cinier_family_1.jpg
Design
par

Cinier, l'entreprise familiale qui diffuse la chaleur de Sète jusqu'au bout du monde

Depuis plus de 40 ans, l'entreprise familiale Cinier, implantée à Sète, invente et conçoit des chauffages qui allient le design et le savoir-faire. Son co-gérant, Stéphane Cinier, nous explique l'importance pour une entreprise française de se développer à l'international.

atelier_cinier-_france_1.jpg

atelier_cinier-_france_1.jpg, par AdminLetsGo

 

Quelles sont les technologies développées par l’entreprise Cinier ?

Stéphane Cinier : Nous avons transformé les radiateurs et les sèche-serviettes en véritables œuvres d’art. Pour cela, il a fallu trouver un matériau technique et esthétique : la pierre Olycale. La pierre Olycale est le résultat de sept ans de R&D en partenariat avec l’école d’ingénieurs des Mines. C’est une pierre des Pyrénées que l’on concasse et allie avec des composants de chauffage haut de gamme comme les tubes de cuivre, selon les désirs des clients. Deux ans de recherche supplémentaires ont ensuite été nécessaires pour concevoir et breveter le Greenor, un système de chauffage et de climatisation écologique, qui fonctionne avec une pompe à chaleur. Nous avons alors bénéficié d’une aide financière conséquente de la région Occitanie. Tous nos produits sont fabriqués en France, y compris les composants électroniques qui proviennent de Bretagne, les pigments naturels qui viennent de Provence. Même nos catalogues sont imprimés à Montpellier.

 

« Nous n’avons pas assez conscience de cette image positive de la France à l’étranger. » Stéphane Cinier

 

Comment vous accompagne Business France dans votre développement ?

S. C. : L’export représente une partie très importante de notre activité. Nos produits sont vendus dans une cinquantaine de pays, de l’Italie à la Russie, en passant par le Japon, l’Australie, l’Algérie et le Chili. Business France est un allié de poids dans ces exportations. Ils réalisent des études de marché dans les pays étrangers et nous trouvent des contacts très intéressants avant d’organiser une semaine de rendez-vous sur place, par exemple en Corée du Sud cette année. Ils nous permettent aussi de participer à des salons de l’art de vivre à la française, comme en novembre 2016 à Shanghai. En juin prochain, ce sera à Moscou. Nous avons pour ambition de développer nos exportations dans quatre ou cinq nouveaux pays par an.

 

Quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur français  qui veut se développer à l’international ?

S.C. : La France fait rêver. Elle bénéficie d’une image haut de gamme très positive. On la trouve romantique, avec des beaux paysages, une belle architecture et surtout des produits de luxe. Je pense que nous n’avons pas assez conscience de cette image positive de la France à l’étranger. Mais attention, l’image ne suffit pas. Il faut s’adapter aux mentalités de chaque pays, à leur façon de faire du commerce. Le succès à l’international se fait dans la continuité des relations, il est important d’entretenir des relations durables avec chaque client en leur rendant visite  régulièrement. En tout cas, c’est une erreur de se limiter au marché français. Dès la création d’entreprise, surtout si on est dans un marché de niche, comme nous, il faut prospecter les marchés étrangers. Les formations commerciales devraient peut-être insister d’avantage sur l’importance de viser le marché mondial.

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.