letsgofrance_cuisines_schmidtjpg.jpg
Usine Schmidt à Sélestat (67462)
Economie

Schmidt Groupe relève le défi de la réindustrialisation en France, avec succès !

par

EconomieSchmidt Groupe relève le défi de la réindustrialisation en France, avec succès !

Le groupe alsacien Schmidt Groupe a réussi la robotisation de ses quatre usines françaises et s’apprête même à en ouvrir une cinquième ! Une transformation qui ne s’est pas faite au détriment de l’emploi, explique Anne Leitzgen la Présidente.

letsgofrance_dg_cuisine_schmidt.jpg

letsgofrance_dg_cuisine_schmidt.jpg, par AdminLetsGo

Quand il s’agit de montrer que la France peut se réindustrialiser, Schmidt Groupe est souvent cité en exemple. Comment l’expliquer ?


Anne Leitzgen : Il est vrai que nous avons beaucoup œuvré pour maintenir nos usines et l’automatisation a été LE levier d’action – aujourd’hui il nous faut 12H pour produire une cuisine Schmidt contre 7 jours autrefois. Mais nous sommes avant tout une entreprise familiale qui a un lien fort avec ses collaborateurs. Dès le début, nous avons donc décidé que nous irions au bout de la modernisation de nos outils de production tous ensemble. Nous avons engagé une profonde transformation des métiers : nos ouvriers sont ainsi devenus des opérateurs et des pilotes d'installations complexes. A terme, nous avons évité la délocalisation et même augmenté nos effectifs, en recrutant des profils plus qualifiés. Pour l’avoir vécu, sans hésitation, nous pouvons dire que la robotisation est un atout pour la compétitivité française. Nous planifions l’ouverture d’une 5eusine, toujours en France, pour 2019.

 

Quelles sont vos attentes par rapport à la formation professionnelle ?

A. L. : Nous avons du mal à trouver des compétences dans la maintenance et les automatismes industriels, comme partout en France. Nous consacrons donc un budget important à la formation et mettons en place des dispositifs d'apprentissage et de tutorat. Développer une formation professionnelle de qualité et faire comprendre que l'industrie française peut avoir de beaux projets et de grandes ambitions sont des enjeux importants pour nous.

 

« Sans hésitation nous pouvons dire que la robotisation est un atout pour la compétitivité française ».

 

Quelles sont vos ambitions internationales ?

A. L. : Maintenant que nous avons optimisé notre outil de production et gagné en compétitivité, l’international nous est plus accessible. Nous sommes déjà le leader français, avec un chiffre d'affaires de 473 millions d'euros, et très présents en Europe où notre réseau commercial génère un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros. Aujourd’hui c’est vers l’Est que notre regard se tourne. Nous avons lancé en 2014 une joint-venture en Chine car le pays a un potentiel commercial presque 5 fois supérieur à l’Europe. Nous gérons un site industriel près de Canton et 500 magasins.

 

Pour plus de détails, voir le texte de l'École de Paris Automatiser en renforçant le rôle de l'homme

Chargement …