Deepki, l’aventure entrepreneuriale maîtrisée
Expérience

Deepki, l’aventure entrepreneuriale maîtrisée

par

ExpérienceDeepki, l’aventure entrepreneuriale maîtrisée

Encensée par le MIT, primée de multiples fois, Deepki est labellisée Jeune Entreprise Innovante et se positionne sur le marché de la transition énergétique. Née de la rencontre entre deux ingénieurs, elle représente le parcours idéal que tout entrepreneur peut espérer : une expertise valorisée, un service qui trouve son public, des soutiens institutionnels et un cap de la 1re commande vite franchi.

Comment fait-on pour avoir une idée qui, en presque deux ans, devient une jeune entreprise qui gagne – 1 million de chiffres d’affaires, 25 collaborateurs et 60 clients ?
Vincent Bryant, son co-fondateur :
C’est une question de contexte, de personnalité, d’histoire et de rencontre. La transition énergétique est une problématique de notre époque. Arriver sur le marché avec des applications comme Deepki pour l’accompagner est pertinent. Après huit ans passés chez Engie, j’avais très envie de faire autre chose. Est-ce parce que je viens d’une famille d’entrepreneurs ? Pas seulement. J’étais dans un grand groupe où pousser l’innovation n’était pas simple et requérait plus d’agilité. J’ai aussi rencontré la bonne personne ; mon associé, Emmanuel Blanchet est à l’origine une connaissance professionnelle. Ce qui nous a rassemblés, c’est l’envie d’entreprendre et un constat partagé : beaucoup d’entreprises dépensent pour créer des données, alors qu’elles existent déjà et sont prêtes à être exploitées.

 

Quels ont été les moments décisifs ?
V.B :
Il y a eu notre première rencontre en septembre 2013, suivie de six mois de réflexion, de doute, et surtout de tests de notre prototype. Je me rappelle en mars 2014 d’un déplacement à Toulouse pour réaliser notre premier test. A la fin de la journée, au moment du bilan, c’est là que nous nous sommes dits : ça peut marcher, ça y est, on y va !  Nous avons eu un retour concret et rassurant ; nous avions une vision du marché, mais par cette phase de testing, on peut dire que c’est le marché qui nous a donné la vision.

Votre associé, Emmanuel Blanchet, et vous avez connu les grandes entreprises, avez créé la vôtre. Comment analysez-vous l’innovation chez l’une et l’autre ?  
V.B : Il y a définitivement des avantages à être un grand groupe dans la mesure où les leviers de créations de valeur sont plus importants. Mais effectivement, il n’y a pas la même agilité.  Et c’est vraiment cela qui fait que nous vendons si bien aujourd’hui. S’il y avait un produit similaire comme Deepki dans un grand groupe, il aurait été plus coûteux de le personnaliser pour chaque client : chaque demande de modification pouvant prendre six mois. Chez nous, une modification prend quelques jours au maximum. Enfin, c’est un ressenti, mais parfois j’ai l’impression qu’on fait plus confiance aux acteurs indépendants comme nous, qu’à d’autres structures gigantesques.

 

Quelles ont été vos premières commandes ?
V.B :
Les premières nous sont venues du Cabinet Carbone 4, l’ancien employeur de mon associé. LA première commande qui a fait sens, c’est celle de Picard. Ils nous ont fait confiance dès le départ. En vue d’obtenir la certification ISO 50 001, il devait équiper certains de leurs bâtiments de compteurs, mais sans savoir lesquels étaient les plus pertinents. Pour choisir 40 magasins les plus représentatifs de tout le parc à instrumenter, nous leur avons proposé une méthode pragmatique, sans audit, en identifiant et en recueillant les données de leurs 900 et quelques magasins. Cela n’aurait pas été possible si Deepki n’avait pas développé des algorithmes statistiques sur la donnée existante.  

 

La France propose un écosystème plutôt favorable à l’entrepreneuriat. Comment en avez-vous bénéficié ?
V.B :
Tout est allé très vite. Pendant un an et demi, nous n’avons pas reçu d’aide financière publique. Mais plutôt une aide pratique. Nous avons déposé des dossiers qui nous ont permis d’obtenir : le label Jeune Entreprise Innovante, puis une aide locale de l’Aima*, enfin nous avons été lauréats de la 2e édition du concours de l’Innovation Numérique, organisé par le Ministère de l’économie et de la BPI. Ce sont des leviers que nous avons activés pour gagner en visibilité. Avant cela nous avons aussi eu accès à des services vraiment confortables ; les incubateurs Agoranov et Paris&Co nous ont mis au contact des bonnes compétences, des bonnes personnes, en plus de nous donner accès à des locaux flexibles et bon marché. La mission Etalab a aussi joué un rôle important de mise en relation. Paris Région Entreprendre, la CCI de Paris, la BPI, Cap digital – le Pôle de compétitivité et de transformation numérique –, la French Tech : même si ces organismes ne donnent pas d’argent, ils apportent des conseils clés pour le développement en France et à l’international, je pense particulièrement au label F@st Track de Cap Digital. Je compte répondre à tel appel d’offres. Comment je fais ? De quel prestataire je m’entoure ? Elles nous apportent des réponses pratiques, nous font gagner du temps. Elles rendent un véritable service d’utilité publique.  Enfin, depuis septembre 2015, nous sommes accélérés par l’accélérateur Ax. Leur objectif : nous aider à aller encore plus loin sur les 18 prochains mois.

 

*Aide à la maturation de projets innovants


Deepki en quelques mots
Deepki est une Jeune Entreprise Innovante créée en septembre 2014. Elle a développé Deepki Ready, un logiciel de service (Saas) qui permet d’exploiter les données existantes de ses clients pour réaliser des plans d’efficacité énergétique et à terme, des économies. Et tout cela à moindre coût sans hardware, sans audit ! N’hésitez pas à suivre Data Energy, le magazine de l’énergie 3.0 lancé par Deepki.  : http://www.datanergy.fr/

 

Info de dernière minute :

Deepki vient de conclure un premier tour de financement de 2 millions d’euros auprès des fonds Hi Inov 1 et SNCF Digital Ventures, gérés par la société Hi Inov, et du fonds d’amorçage Emertec 5 géré par Emertec Gestion. Viennent s’ajouter, à cette levée de fonds, les 340 000 € obtenus dans le cadre du Concours Innovation Numérique de BPI France. (Paris, 23 juin 2016)


Chargement …