DualSun
Technologie

DualSun se fait une double place au soleil

par

TechnologieDualSun se fait une double place au soleil

Depuis sa création en 2010, DualSun collectionne les trophées. Cette pépite verte marseillaise qui lutte contre la précarité énergétique est à l’origine du premier panneau solaire 2-en-1 certifié au monde, fournissant à la fois l’électricité et l’eau chaude dont les bâtiments ont besoin. À l’occasion de la semaine du Développement durable, Jérôme Mouterde, son cofondateur, nous livre son crédo.

Comment est née DualSun ?

Jérôme Mouterde : Tout est parti de ma rencontre avec Laetitia Brottier à l’École Centrale Paris : nous étions deux ingénieurs animés du même désir d’entreprendre dans les énergies renouvelables, d’apporter notre pierre, notre grain de sel je dirai même plus, à la mise en œuvre de la transition énergétique. C’est un défi immense qui demande de la passion et de l’engagement, et nous nous sommes retrouvés sur cette vision. En défrichant le terrain, la solution solaire appliquée aux bâtiments résidentiels et tertiaires nous est apparue particulièrement pertinente pour peser dans la réduction globale des consommations d’énergie. En France, le secteur en représente aujourd’hui plus de 40 %.

Nous avons alors constaté que les panneaux photovoltaïques traditionnels, dont le marché avait décollé depuis 2006, s’échauffaient très vite et produisaient, en plus de l’électricité, une chaleur qui n’était pas valorisée et altérait leur rendement. D’où l’idée de DualSun : en ajoutant un tuyau derrière les panneaux, il devenait possible de récupérer cette énergie fatale*  pour chauffer de l’eau à destination des bâtiments. Grâce à ce stratagème, nous arrivons à produire trois fois plus d’énergie qu’un panneau standard. DualSun en est au fond l’évolution naturelle.

 

« Marseille est une excellente terre de création d’entreprises », Jérôme Mouterde, co fondateur de DualSun 

 

Notre solution hybride fait surtout sens dans les bâtiments qui ont besoin d’eau chaude : maisons individuelles, logement social, équipements collectifs, etc. Ainsi, nos clients sont pour moitié des particuliers qui souhaitent habiter des maisons écologiques, et pour moitié des grandes entreprises du bâtiment ou des fournisseurs de services énergétiques comme Bouygues Construction, Vinci ou Dalkia, qui utilisent notre technologie afin d’équiper à moindre coût des piscines municipales, des immeubles de logement ou des lycées.

 

L'équipe DualSun

 

Où en êtes-vous aujourd’hui et quelles sont vos perspectives d’évolution ?

JM : Après quatre ans de développement, nous sommes passés en 2014 en phase de commercialisation. Notre équipe de 5 ingénieurs s’est enrichie de 10 commerciaux, qui nous permettent aujourd’hui de vendre en France à hauteur de 70 %, mais aussi en Suisse et bientôt en Belgique, en Italie, au Maghreb ainsi que dans les DOM-TOM. Dans cette courte période, notre startup a connu une belle croissance : après 1 000 panneaux commercialisés en 2014, nous avons doublé nos ventes en 2015 et visons 4 000 unités en 2016.

Ces résultats ne nous empêchent pas de continuer à améliorer notre produit. Nos installations sont équipées de boîtiers de monitoring qui mesurent en temps réel la production : grâce aux données récoltées, nous avons développé une nouvelle version du DualSun, plus performante et moins chère à l’achat, qui sera bientôt disponible. Nous travaillons aussi à de nouvelles applications comme le chauffe-eau solaire à thermosiphon, très utilisé dans les pays du Sud. Le champ des possibilités est très large ! Mais je crois avant tout au solaire dans l’habitat, là où on peut produire au plus proche des besoins : dans vingt ans, il serait logique que les panneaux photovoltaïques remplacent la tuile afin de rendre les toitures actives. Pour moi, c’est ce qui fait le plus sens quand on parle de développement durable.

 

Dual Sun

 

Pourquoi avoir choisi Marseille pour installer DualSun ?

JM : Ni Laetitia ni moi n’avions de racines marseillaises, nous sommes arrivés ici par hasard : après une formation à l’entreprenariat en dernière année de Centrale, nous avons eu l’opportunité d’un partenariat avec un laboratoire du CNRS spécialisé en thermique, au sein duquel développer nos brevets. Celui-ci étant basé à Marseille, nous nous y sommes installés. Nous avons bénéficié ensuite de l’accompagnement de l’incubateur Impulse, qui nous a beaucoup aidés à démarrer notre startup. La BPI France s’est montrée également très disponible.

Si cela était à refaire, je le referais mille fois ! Marseille est une excellente terre de création d’entreprises : la vie y est très agréable, à un coût incomparable par rapport à de nombreuses autres villes, tout en permettant de faire des allers-retours à Paris dans la journée. Nous y avons trouvé de bonnes conditions pour développer et produire en France, pour contribuer en innovant, en travaillant aussi main dans la main avec de grands groupes, à soutenir l’emploi autour de nous. Cet engagement sociétal nous tient très à cœur.

 

*Énergie produite par un processus dont la finalité n’est pas la production de cette énergie : c’est une énergie souvent perdue si elle n’est pas récupérée et/ou valorisée.

Chargement …