photo_french_touch_conference_1.jpg
L'équipe French Touch lors de la dernière édition le 29 mai dernier, à Paris.
Attractivité de la France

La French Touch Conference fait rayonner l’audace française

par

Attractivité de la FranceLa French Touch Conference fait rayonner l’audace française

La French Touch Conference tenait son édition parisienne le 29 mai dernier. À cette occasion, son fondateur, Gaël Duval, est revenu sur les réussites françaises à l’international et cette fameuse French Touch.

gael-duval_1.jpg

gael-duval_1.jpg, par AdminLetsGo

D’où vient votre volonté de créer La French Touch Conference ?

Gaël Duval : La French Touch Conference est née il y a 5 ans, au moment où le french bashing était à son apogée. La France venait de refuser la vente de Dailymotion à Yahoo.

La French Touch Conference s’est ainsi positionnée comme une conférence itinérante qui va dans des lieux de business, dans lesquels il y a des Français et où l’innovation peut se développer. Notre volonté est de faire la promotion de notre écosystème tel qu’il est, c’est-à-dire avec des Français qui ont envie de conquérir le monde . La French Touch Conference fait le pont avec d’autres écosystèmes pour favoriser les échanges, les rencontres, les investissements et faire se rencontrer les talents. Notre réussite tient à notre ancrage dans l’écosystème local. Par exemple, lors de notre édition à New York, la moitié des speakers sont Américains. On l’a nommée La French Touch Conference, et non pas « French Tech », parce que la Tech n’est plus un secteur, c’est un outil. C’est aussi important pour nous de soutenir les différents secteurs de l’innovation à l’export.

 

Quelle est la particularité de l’écosystème français, cette French Touch ?

G.D. : On a une manière de penser en dehors de la boîte (“Think out the box”). La culture et la formation des Français leur donnent un mélange entre créativité et ingéniosité qui fait qu’ils ont une manière totalement différente d’appréhender un problème. Cela provient certainement de notre culture, des Lumières. Nous sommes le pays qui dit “non” ! Et cela forme ce que les Américains appellent le “je ne sais quoi” qui fait notre différence.

 

« Les entreprises françaises qui réussissent à l’international sont celles qui se sont développées très tôt sur le marché mondial. » Gaël Duval

 

Quelles sont les caractéristiques des réussites françaises à l’international ?

G.D. : Les sociétés françaises qui ont réussi à l’international sont celles qui se sont positionnées très tôt sur le marché mondial. Il y a énormément de business français qui, parce qu’ils n’ont pas été à l’international assez vite, ont été copiés. C’est le cas de Vestiaire Collective . En revanche, des sociétés comme Mirakl, PeopleDoc, BlaBlaCar , qui ont tout de suite inscrit cette ambition internationale dans leur développement, et ont réussi à s’y développer.

En fait, c’est le revers de la médaille d’avoir en France un marché assez conséquent, de près de 70 millions de personnes. C’est suffisamment grand pour se développer. Réussir à devenir le leader sur notre marché national est déjà un succès. Mais pendant qu’on devient un leader national, d’autres vont plus vite et s’attaquent déjà au marché global. Il est là le challenge !

 

« Il faut passer d’une France qui rayonne de ses talents à une France qui accueille les talents. » Gaël Duval

 

Quels sont les défis actuels que nous devons relever ?

G.D. : Déjà, il ne faut pas chercher à avoir que des licornes mais plutôt viser des ETI de dimension internationale. Il vaut mieux une multitude d’ETI que 3 ou 4 licornes.

Le deuxième défi, c’est la formation. Le recrutement est devenu compliqué, trouver et attirer des talents n’est plus une chose évidente. Il faut énormément former et s’auto-former. L’enjeu est de faire beaucoup plus de ponts entre l’académique et l’entreprise pour que le passage soit plus opérationnel. Il serait intéressant d’aller chercher dans les grands comptes des cadres qui n’y connaissent rien au digital et les former et pas compter seulement sur les jeunes sortis d’école. Enfin, il faut passer d’une France qui rayonne à une France qui accueille. Nous devons être une terre d’accueil des talents, notamment vis-à-vis de l’ Afrique


La French Touch Conference en quelques chiffres

5 ans d’existence

8 éditions

12 millions d’euros levés par des start-up ayant participé aux précédentes éditions

3 millions d’euros de business générés


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …