istock_66790625_xlarge.jpg
Entrepreneuriat
par

Le Moovjee, au service de la jeunesse qui entreprend

En France, la start-up-mania ne se dément pas. Pour les jeunes qui aspirent à devenir entrepreneurs, pourtant, le chemin du succès reste pavé d’embûches : l’entrepreneuriat est aussi bien souvent une première expérience professionnelle à laquelle il faut se former. En France, le Moovjee est pionnier en la matière. Depuis sa création en 2010, la structure a accompagné 1 300 jeunes via un ambitieux programme de mentorat. Interview avec Bénédicte Sanson, sa déléguée générale.

benedicte_sanson2.jpg

benedicte_sanson2.jpg, par AdminLetsGo

Vous entamez votre dixième année d’existence. Aujourd’hui, 36% des lycéens et étudiants français que votre baromètre 2017 a interrogés ont envie d’entreprendre. Mais l’entrepreneuriat des jeunes, à quoi ressemblait-il y a dix ans ?

Bénédicte Sanson : À cette époque, ce n’était pas très bien vu, la figure de l’entrepreneur-loser prédominait ! Et il n’existait aucune structure d’accompagnement. Des espaces « jeunes » ont commencé à se mettre en place dans les salons d’entrepreneurs à partir de 2010. À l’époque, les jeunes nous disaient systématiquement, en substance : « Ah, il y en a d’autres comme nous ! ». Ils se sentaient doublement seuls, en tant qu’entrepreneurs et jeunes. Depuis, entreprendre est devenu valorisé : combien compte-t-on aujourd’hui de politiques publiques, d’accélérateurs, de dispositifs privés ou publics qui s’adressent aux jeunes ?

 

De quoi ont besoin aujourd’hui les jeunes entrepreneurs ?

B.S :  L’accompagnement existe avant la création de l’entreprise mais beaucoup moins sur le créneau de la post-création… alors que c’est précisément là que les difficultés commencent. Être jeune entrepreneur, ce n’est pas simple d’autant plus s’il s’agit d’une première expérience professionnelle. Fonctionner à l’intuition et casser les codes, c’est très positif, mais il faut être prêt à prendre un certain nombre de portes dans la figure !

L’objectif de l’accompagnement demandé concerne le plus souvent la recherche de financement et le développement de l’activité pour limiter les grosses erreurs, et aller plus vite. Mais c’est loin d’être suffisant pour mimiser significativement le risque d’échec.  

 

Le frein à entreprendre est-il aussi financier ? Comment y remédier ?

B.S : Aujourd’hui, on s’aperçoit que beaucoup de jeunes renoncent à créer leur entreprise car ils ne sauraient pas de quoi vivre pendant le temps de création. Nous avons mené une étude interne qui a montré que les jeunes entrepreneurs mettent près de deux ans à se verser un premier salaire, qui est alors de l’ordre de 500 €. On voit alors l’importance de l’accompagnement par des entrepreneurs qui sont passés par là !

Nous avons aussi fait le constat que les jeunes connaissent souvent des difficultés pour lever des fonds d’amorçage. C’est pourquoi nous lançons aujourd’hui les Moovjee Angels, un club d’investisseurs qui met en relation des investisseurs et des entrepreneurs qui ont déjà participé par le passé à notre programme de mentorat, et qui se sont engagés sur des valeurs de bienveillance, d’écoute, de partage, sans déroger à notre règle qui est qu’un mentor ne peut investir dans la start-up qu’il accompagne. S’il y a nécessité d’acquérir des savoir-faire, l’entrepreneuriat est aussi question de savoir-être : ajuster sa posture, s’affirmer comme leader, gérer cette période de vie riche mais prenante, y compris pour sa vie personnelle.

 

Le Moovjee est implanté dans 6 régions françaises. Comment avez-vous organisé votre implantation locale ?

B.S : Le principe, quand on ouvre un territoire, c’est ne pas   imposer  ce qui se fait à Paris mais de compléter l'offre existante. Nous rencontrons l’écosystème d’accompagnement qui est déjà en place localement, et on s’appuie toujours au moins sur une personnalité, entrepreneure ou très impliquée dans l’écosystème, pour porter le Moovjee sur place. Nous rencontrons les acteurs, présentons les apports du mentorat et notre animateur régional entretient le lien avec l’écosystème local, organise des ateliers thématiques, recrute des mentors sur place et anime des rencontres réunissant mentors et mentorés. Nous sommes un réseau, une communauté « multi-régionale » !


C'est parti pour la 2ème édition ! Participez à la 2nde édition des Trophées #LetsgoFrance ici.
Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.
 
Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.
Concours

Trophées
#LetsgoFrance

En savoir plus Découvrez les candidats

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.