shutterstock_592565951.jpg
Formation

PIC : La France doit apprendre à apprendre

par

FormationPIC : La France doit apprendre à apprendre

Perrine Grua est membre du comité de direction de NUMA et porte-parole de France Apprenante. Elle fait le point sur les défis de la formation en France et sur le Plan d’Investissement dans les Compétences dont l’objectif est notamment de changer l’offre de formation afin d’accompagner deux millions de jeunes peu qualifiés et des demandeurs d’emploi de longue durée.

Quels sont les enjeux actuels de la formation ?

logo_france_apprenante.png

logo_france_apprenante.png, par AdminLetsGo

Perrine Grua : Les compétences subissent une obsolescence programmée. Il faut donc apprendre à apprendre en permanence. Les travailleurs indépendants l’ont déjà compris. Ils sont habitués à se former pour rester à la pointe de leur marché. Mais pour les salariés en entreprise, ce n’est pas encore un réflexe. On ne parle pas que de compétences techniques, cela concerne aussi bien les compétences managériales, le leadership, que le développement des soft skills. Actuellement, de nombreuses entreprises ne trouvent pas les talents qu’elles cherchent. Les personnes les plus demandées sont des « experts apprenants » qui ont intégré la mise à jour continue de leurs compétences.

 

Comment favoriser une meilleure adéquation entre les offres de formation et les besoins des entreprises ?

P.G. : Il faut modifier la perception des formations. On ne parle plus de métiers mais de compétences. L’important est d’outiller les personnes pour être durablement compétentes et pour développer leur employabilité sur le long terme.

Au sein de NUMA, nous réinventons la manière d’apprendre pour coller au marché. Il s’agit de casser les barrières entre toutes les parties prenantes : grands groupes, associations, PME, collectivités territoriales, etc.

Le collectif France Apprenante réunit des experts des nouvelles compétences indispensables au 21ème siècle. Nous valorisons les compétences numériques, apprendre à apprendre, apprendre en communauté par la pratique avec nos pairs, etc. Par exemple, un chômeur doit pouvoir faire valoir des compétences dont parfois, il n’a même pas conscience.

 

 « Le marché a pris conscience de l’enjeu de la formation. » Perrine Grua

 

Quel regard portez-vous sur Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) ?

P.G. : Le PIC est le témoin de la prise de conscience de l’État de l’enjeu massif de la formation pour accompagner la mutation de notre société. Le signal est très fort ! On parle de 15 milliards d’euros sur 5 ans avec 3 axes : un axe économique pour répondre aux besoins des entreprises, un axe social pour inclure les plus fragiles, notamment les demandeurs d’emploi et un axe territorial pour inclure tous les Français et travailler avec les collectivités locales. Désormais, c’est à nous de nous saisir de ce plan. Nous allons faire partie de sa mise en place. Concrètement, nous allons répondre aux appels d’offres initiés par l’État et par les collectivités territoriales. On va sortir de l’expérimentation et déployer les moyens mis à disposition.

 

Quel regard portez-vous sur le système de formation français ?

photo_perrine_grua.jpg

photo_perrine_grua.jpg, par AdminLetsGo

P.G. : La France a un formidable système historique de formation initiale et continue, notamment par rapport aux autres pays européens. L’école est au cœur du contrat social français. Mais désormais, il y a un tel décalage entre la demande des entreprises et les offres de formations que les GAFA sont en train de prendre en main la formation pour former leurs propres ingénieurs. Le maillage de formation français est très dense. On a des champions de l’industrialisation des savoirs, comme les grandes écoles. Il faut se servir de ces atouts pour faire évoluer les pratiques et faire rayonner les talents français à l’international. Il y a encore des améliorations à apporter, notamment en simplification et accélération. Le système de certification est encore long et difficile. Mais le marché a pris conscience de l’enjeu, les mentalités ont changé, la France est prête ! Des nouvelles compétences sont à déployer, les moyens sont débloqués. L’exécution reste à faire.

 


NUMA (contraction de Numérique et Humain) réunit dans un même bâtiment le premier espace de coworking à Paris dédié aux passionnés du digital, le premier accélérateur (ex Camping) et un réseau d’entrepreneurs de la tech (ex Silicon Sentier).


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Abonnez-vous à notre newsletter :
Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …