SNCF Développement joue les locomotives pour l’activité des territoires
Engagement

Pour Cyril Garnier, la SNCF Développement joue la locomotive dans l’activité des territoires

par

EngagementPour Cyril Garnier, la SNCF Développement joue la locomotive dans l’activité des territoires

Au-delà sa mission de premier acteur mondial des mobilités, le groupe SNCF mobilise son réseau national pour recréer de la valeur au cœur des territoires français. Entretien avec Cyril Garnier, Directeur Général de SNCF Développement.

En quoi votre action est-elle au service des territoires français ?

Cyril Garnier – SNCF Développement a été créée en 2011 pour redynamiser des territoires en restructuration, afin d’y soutenir l’emploi. Dès le début, nous avons pris le parti de mettre un pied dans l’économie traditionnelle, en soutenant les PME locales, et un pied dans l’économie de demain, en accompagnant des startups – ce qui était avant-gardiste pour une grande entreprise française à l’époque. De fil en aiguille, nous avons tissé un écosystème de plus de 400 entreprises, dont la moitié de jeunes pousses, un peu partout en France.

La grande originalité, c’est qu’au-delà de créer de l’emploi, nous portons des projets qui contribuent à l’open innovation chez SNCF, des projets qui apportent des solutions technologiques et de nouveaux services comme l’analyse des défauts de rails, le stockage de données, la supervision des engins de chantier, etc. Et cela s’applique à nos trains, nos gares, sur notre réseau… En d’autres termes, SNCF Développement est devenue une source d’alimentation des accélérateurs internes du groupe. C’est une dynamique très vertueuse de création de valeur, car nous animons le tissu économique local en même temps que nous fédérons les énergies au niveau national.

 

"La French Tech a changé le regard des grands groupes français sur l’innovation et l’entrepreneuriat."

 

Reconnaissez-vous une « French Touch » dans l’écosystème que nous avez constitué ?

C. G. – Complètement ! La marque SNCF est une marque très forte dans notre pays, attirant des entrepreneurs qui sont fiers d’être français et partagent un certain nombre de valeurs communes. L’amour du voyage, des terroirs, des défis technologiques ; mais aussi le sens du service public ; l’envie de contribuer à la société, à travers une économie collaborative positive : pas celle d’Uber, mais plus proche de l’économie solidaire et circulaire.

J’ajouterai qu’avec BNP-Paribas, SNCF s’est positionnée très tôt dans l’accompagnement de la « French Tech », et force est de constater – même si on peut faire encore mieux – que ce mouvement a changé le regard des grands groupes français sur l’innovation et l’entrepreneuriat. Cela fait un bien fou ! La Poste, EDF, Orange, Engie… Nous sommes tous aujourd’hui en mode apprentissage, nous nous inspirons les uns des autres, nous nous retrouvons parfois autour des mêmes bébés qui grossissent, qui sont approchés par le MIT, Twitter, Facebook, Google… et se déploient à l’international, comme l’école Simplon. Ce sont eux qui aujourd’hui nous donnent des leçons.

Chargement …