Wiidii, la nouvelle conciergerie à la française
Service

Wiidii, la nouvelle conciergerie à la française

par

ServiceWiidii, la nouvelle conciergerie à la française

Le Bordelais Cédric Dumas a inventé Wiidii, la première application de conciergerie combinant une intelligence artificielle ultra développée et le savoir-faire de vrais concierges personnels.

Mise à jour le 21/12/2016 

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que nous avons accueilli les deux nouvelles : 

> Wiidii a signé un nouveau contrat avec Zodiac Nautic pour le développement en marque blanche de MyZodiac Concierge. 

> Wiidii représentera la France au CES de Las Vegas en 2017 ! Elle sera installée dans Le Village By CA du 5 au 8 janvier. 

Nous vous tiendrons informés de la suite de l'aventure, et souhaitons beaucoup de réussite à Cédric Dumas et à son équipe ! :) 

 

Très tôt, vous avez regardé du côté de l'Asie et de l’Amérique du Nord pour vous développer. Pourquoi ?

Cédric Dumas : J’ai un caractère acharné et têtu. J’ai donc voulu commencer par ce qu’il y avait de plus compliqué. J’ai aussi eu l’opportunité de faire partie des délégations ministérielles lors de voyages d’Etat, notamment aux côtés de Matthias Fekl, secrétaire d'État chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l'Étranger. J’ai ainsi pu partir dans de bonnes conditions. Ce même type d’opportunité s’est présenté avec Business France, pour des rendez-vous avec les directions marketing de grands groupes asiatiques : le meilleur #Test&Learn pour roder notre discours commercial, connaître et comprendre la réaction de ce marché hors-norme.

Ces voyages encadrés permettent de mutualiser les expériences entre Français qui ont déjà réussi à l’étranger ou qui se lancent, et de se saisir plus rapidement des codes culturels et commerciaux que l’on n’a pas forcément, notamment lorsqu’il s’agit de faire du business avec la Chine. Le processus de décision y est plutôt long, il y a des façons de faire. Les maîtriser, c’est gagner du temps.

 

Quelle est la valeur ajoutée de Wiidii ?
C.D :
A ce jour, deux types de conciergerie existent. L’une, plutôt classique premium avec des coûts élevés de gestion, et l’autre, plus mass market. Wiidii se positionne à la croisée et se veut abordable et qualitative. Ceci, grâce à son modèle hybride qui combine l’intelligence artificielle et la mise à disposition d’une vraie équipe sur le terrain. Avec un tel service, tous les pays et leur marché sont à notre portée, à condition de ne pas se faire piquer l’idée et de se développer, prendre du volume, rapidement. Nous avons donc décidé, tout de suite, de nous attaquer à l’international et de contacter les grandes entreprises pour rendre accessible Wiidii via leurs canaux. Le B2B est au cœur de notre business model. C’est notre levier d’action majeur, car si nous étions en B2C, la force commerciale aurait cru plus lentement et aurait été plus coûteuse, en matière d’acquisition, de publicité etc.

Quels arguments avez-vous déployé auprès des grands groupes comme Voyages-SNCF, qui a une branche d’activité dédiée aux professionnels ?
C.D : Nous avons simplement présenté Wiidii comme la possibilité d’améliorer l’expérience-client de leurs services aux professionnels voyageurs. Wiidii est une application en marque blanche : elle peut se plugger à toutes les plateformes de marque qui souhaitent y apposer leur nom.
L’application offre un fort potentiel de personnalisation. La meilleure façon d’assister les clients de nos clients est de pouvoir communiquer dans leur langue. Nous travaillons donc à faire de Wiidii une application 100% polyglotte ! J’ai souvent observé des touristes chinois ne pas apprécier leur voyage en raison de problèmes linguistiques. Si leur tour opérateur vend l’application dans le package : leur voyage en sera amélioré. Deux pilotes sont justement à l’essai, chez deux tours opérateurs chinois. A terme, notre ambition est vraiment de devenir le partenaire de marques du transport, du voyage et du tourisme, partout dans le monde. C’est plutôt bien parti ! Au Canada, au Brésil, en Allemagne, en Espagne, en Turquie, en Chine, à Singapour etc. : le produit plaît. L’intérêt est toujours le même.

 

Quand d’autres réalisent leur 1re levée de fonds auprès d’investisseurs professionnels, vous avez préféré solliciter des chefs d’entreprise. Y’a-t-il une différence ?  

C.D : Ces chefs d’entreprise me transmettent leur expérience dans la gestion et parfois, dans l’export. Nos échanges sont fréquents et instructifs, tous sujets confondus.

Ils vivent aussi quelque chose de nouveau : aucun d’eux n’a vraiment connu la création d’un produit, qui n’en est pas vraiment un, comme Wiidii. Notre fonctionnement nous a obligé à embaucher pas mal de monde très tôt : fait inhabituel pour une start-up, jeune d’un peu plus d’un an. Je fais beaucoup de voyages à l’étranger ; il m’a fallu expliquer cette démarche également. Enfin, la R&D représente une part importante de nos dépenses, sur d’assez longues périodes. Là aussi, c’est une nouveauté pour ceux qui accompagnent Wiidii. Alors qu’on approche de notre 2e levée de fonds, on peut dire que l’enrichissement a été mutuel. Nos prochains partenaires seront plus traditionnels, pour continuer d’accélérer notre croissance.  

 

Pour mieux comprendre Wiidii, vous pouvez visiter leur site Internet http://www.wiidii.com/francais/ ou regarder la vidéo 

 

Chargement …